Analyse
Misez sur le Brésil il y a 5 ans - lundi 5 mars 2012

Depuis le 1er janvier, le marché brésilien affiche un rendement en euro de 21,3 %, contre un recul de 17,5 % en 2011. Nous vous conseillons d’intégrer ce marché dans votre portefeuille.

L’économie va redémarrer

Pour revigorer l’économie brésilienne (dont la croissance a été de 2,6 % en 2011), les autorités prennent des mesures volontaristes.

 

La banque centrale a réduit son taux directeur, de 12,5 % en juillet à 10,5 % aujourd’hui. Cette baisse, qui devrait se poursuivre, rend le crédit plus abordable et stimule la croissance.

 

En 2011, le salaire minimum n’avait augmenté que de 6,9 %, un taux à peine supérieur à celui de l’inflation (6,5 %). En 2012, par contre, la hausse a été fixée à 14,1 %, soit 9 % hors inflation. Sachant que les retraites et autres allocations sont indexées au salaire minimum, cette augmentation devrait toucher quelque 48 millions d’individus, constituant un beau coup de pouce à l’économie.

 

Nous nous attendons donc à ce que la demande intérieure devienne le principal moteur de l’économie en 2012, compensant, du moins en partie, le ralentissement possible des échanges internationaux et permettant à la croissance d’atteindre 3 %.

 

Comment expliquer le rebond de la Bourse brésilienne ?

Les investisseurs ont retrouvé de l’appétit pour les placements plus risqués après que les banques centrales américaine et européenne ont ouvert les vannes à liquidités.

 

La banque centrale brésilienne a réduit ses taux d’intérêt.

 

De meilleurs indicateurs économiques aux Etats-Unis et la perspective que l’économie mondiale ne sombrera pas soutiennent les cours des matières premières, dont l’économie brésilienne est très dépendante. Malgré son rebond de 41,1 % (en EUR) depuis son plus bas de 2011, le marché n’a pas encore épuisé son potentiel de rebond. Son rendement attendu (= rendement qu’un investisseur est en droit d’espérer de son placement sur un an) est de 9 %, contre 6,6 % dans la zone euro et 7 % aux Etats-Unis, compte tenu de meilleures perspectives de croissance économique. Mais attention, ce marché est plus risqué.

 

Préférez les groupes qui bénéficient du dynamisme intérieur du pays :

Sabesp : le besoin du pays en infrastructures a porté les résultats de Sabesp. Les perspectives demeurent bonnes, mais le cours en tient compte.
N’achetez plus, mais conservez.

 

Santander Brasil : la hausse de la consommation de produits bancaires plus élaborés et plus rentables permise par l’élévation du niveau de vie est bénéfique à Santander Brasil. Le volume des crédits continuera à croître.
En dépit de la forte hausse du cours induite par la baisse du risque du secteur financier en Europe, achetez.

 

Telefônica Brasil a radicalement modifié son périmètre après sa fusion avec Vivo. Le groupe développe une offre commerciale plus agressive (fixe, mobile, internet et TV) sur un marché qui n’est pas encore à maturité. L’actionnaire profite également d’un beau dividende.
Achetez.

 

Le Brésil est riche en groupes de niveau mondial :

Fort de ses découvertes de pétrole au large de ses côtes (50 à 100 milliards de barils), Petrobras est en passe de rivaliser avec les majors du secteur. Mais les obstacles financiers et techniques sont importants.
L’action est pour l’heure correctement évaluée mais nous ne la suivons pas.

 

Vale est un des leaders mondiaux du minerai de fer, aux côtés de Rio Tinto et BHP Billiton. Il a bénéficié du boom immobilier chinois. La prudence s’impose car le rythme de croissance s’essouffle et les acteurs du secteur ont très fort investi pour augmenter leur capacité de production (baisse des prix à la clé ?).
La sous-évaluation n’est pas suffisante que pour acheter.

 

Embraer est le troisième groupe aéronautique au monde, derrière Boeing et Airbus. Spécialisé dans la fabrication d'avions civils de petite et de moyenne taille, il a gagné des parts de marché ces dernières années, notamment sur le canadien Bombardier, mais les solides perspectives du secteur attirent de nouveaux concurrents ambitieux qui menacent ses positions.
L’action est correctement évaluée. N’achetez pas.

 

Si vous avez une mise limitée à investir, optez pour le tracker Lyxor ETF Brazil (ISIN : FR0010408799) à titre de diversification uniquement. Le pays représente 5 % de notre portefeuille dynamique à 10 ans. Ce tracker réplique l’indice national Bovespa, riche des valeurs les plus emblématiques de l’économie locale et aussi les plus liquides : Petrobras, Sabesp, Eletrobras, Santander… Les frais de gestion se limitent à 0,64 % par an.

Partagez cet article