Analyse
Actions pétrolières : au-delà des réserves… il y a 5 ans - mardi 10 avril 2012

Avec l’épuisement naturel des réserves pétrolières, chaque nouvelle découverte est de nature à profondément modifier les rapports de force.

Les récentes découvertes d’hydrocarbures au Brésil ou de réserves de gaz en Russie ont fait apparaître des groupes (souvent étatiques mais cotés) aptes à concurrencer les majors (Exxon Mobil, Royal Dutch Shell), qui peinent à obtenir de nouvelles concessions. Le potentiel de ces groupes paraît énorme. Toutefois, ils n’ont pas (encore) fait l’objet d’une entrée dans notre sélection d’actions. Car si au regard d’indicateurs purement financiers, leur évaluation semble intéressante (les actions sont bon marché), le risque est trop lourd selon nous.

 

Prenons l’exemple de Petrobras. Cette société étatique brésilienne parmi les plus prometteuses, avec ses réserves de près de 100 milliards de barils, ne parvient pas se développer. Et pour l’actionnaire minoritaire, les désillusions s’accumulent : depuis l’augmentation de capital record de novembre 2010, le cours a chuté de 18 %, alors que Chevron a progressé de quelque 30 %. Selon nous, l’ingérence du gouvernement dans la stratégie du groupe constitue un risque trop élevé. Pour Gazprom (Russie) ou PetroChina (Chine) : même problème ! Les prix facturés à l’exportation sont aussi décidés sur le critère pays amis/pays ennemis. Une dépendance qui pèse sur les résultats.

 

Dans ces grands groupes, aussi, la transparence est souvent trop faible (évaluation faussée des réserves, contrats opaques, etc…). Or, nous accordons une place de plus en plus importante au respect des règles de corporate governance. Et nous sanctionnons les entreprises dont les pratiques ne respectent pas le droit des actionnaires minoritaires. Pour l’heure, nous vous conseillons de rester à l’écart. Le risque est supérieur à celui des actions pétrolières traditionnelles, pour des perspectives à moyen terme (3-4 ans) pas forcément meilleures.
Les actions que nous conseillons offrent un bon équilibre entre perspectives de croissance (niveau des réserves), valorisation financière et risque maîtrisé (respect des règles de corporate gouvernance).

 

Notre favorite reste Chevron, mais vous pouvez aussi acheter BP, Repsol et Total.

Partagez cet article