Analyse
Les poids lourds de la Bourse de Bruxelles sont-ils intéressants ? il y a 5 ans - mercredi 25 avril 2012

Compte tenu de la valorisation générale du marché belge (assez cher), les plus grosses valeurs trouvent logiquement rarement grâce à nos yeux.

La plupart du temps, vous trouverez ailleurs en Europe des concurrents meilleur marché. GDF-Suez est l’exception qui confirme la règle. Plombée par la morosité entourant les utilities (endettement élevé, crise du nucléaire, pression régulatoire et fiscale, faiblesse des prix du gaz) et les périples de son offre sur les minoritaires d’International Power, l’action est exagérément pénalisée selon nous. Achetez.

 

Nous vous conseillons de vendre AB Inbev, la première capitalisation boursière de Bruxelles. Le brasseur va devoir composer avec une nette décrue de sa croissance bénéficiaire dans les années à venir et le cours n’en tient pas encore assez compte selon nous.

 

Vendez aussi Solvay. Le chimiste a sans conteste réalisé une belle opération avec la reprise de Rhodia, mais le cours nous paraît cher après son beau rebond entamé fin 2011.

 

Dans le secteur télécom, nous délaissons les acteurs belges, trop centrés sur leur marché domestique saturé. Mobistar est en plus concentré quasi exclusivement sur la mobilophonie, dans un marché où les offres triple ou quadruple play sont pourtant devenues la norme. Telenet reste déraisonnablement généreux avec ses actionnaires sous l’influence de son actionnaire de contrôle. Si vous possédez des titres Belgacom, vous pouvez les conserver.

 

Dans la distribution, les actions belges n’obtiennent pas plus nos faveurs. Le modèle Colruyt a atteint ses limites (incapacité à s’étendre au-delà des frontières belges, marges sous pression…) et Delhaize est empêtré dans une lutte constante sur le marché américain (2/3 de ses ventes).
Nous restons très prudents à l’égard du secteur bancaire, toujours sous perfusion publique et/ou en plein démantèlement et quête de capitaux. Au vu de l’actualité espagnole, le rebond de ces derniers mois risque d’être éphémère. Si vous avez des KBC ou Ageas, conservez, mais cela reste un pari. Vendez Dexia, même si le cours est historiquement bas.

 

Enfin, dans les actions hyper défensives, quasi assimilables à des obligations indexées du fait du caractère régulé de leurs activités, nous préférons nettement le britannique National Grid aux belges Elia et Fluxys.

 

Partagez cet article