Analyse
Lafarge : nouveau plan d'économie sévère il y a 5 ans - jeudi 5 juillet 2012

Le français renforce ses plans d'économie et de réduction de sa dette.

Mais ses ambitions nous semblent exagérées. Action chère.
VENDEZ.

 

En novembre 2011, le groupe tablait sur un total de réductions de coûts de 500 millions d'euros en 2012 et 2013. A présent, il veut atteindre 1,3 milliard d'ici fin 2015, dont 60 % grâce à une meilleure productivité (nouvelle organisation) et à la contraction des frais de logistique et d'énergie dans les pays émergents. En outre, il souhaite stimuler ses ventes par l'innovation (produits durables, nouvelles niches…). Il table sur la poursuite de sa croissance dans les pays émergents et une reprise modérée en Amérique du Nord. Il espère ainsi relever ses marges et faire grimper d'ici 2015 son bénéfice opérationnel avant amortissements de 450 millions d'euros (en plus des 1,3 milliards d'économies). Le groupe n'a pas l'intention de se débarrasser de plus d'activités que prévu jusqu'ici (pour 1 milliard d'euros), mais table surtout sur la croissance interne et limitera donc ses investissements au minimum. Enfin, Lafarge veut ramener sa dette à un niveau acceptable (de 12,4 milliards en mars 2012, il veut atteindre le plus rapidement possible 10 milliards, pour éviter la dégradation de son rating). Il ne semble pas exclu que le dividende soit en partie sacrifié. Nous maintenons notre prévision de bénéfice par action 2012 à 2,12 EUR. Pour 2013, nous la relevons à 2,96 EUR (contre 2,25 auparavant).

 

Cours au moment de l'analyse : 34,52 EUR

 

Le groupe français Lafarge, présent dans 64 pays, est un des leaders mondiaux de la production et la vente des matériaux de construction (ciment, bétons, granulats,...).

 

Partagez cet article