Analyse
L’incertitude, bête noire des investisseurs il y a 5 ans - jeudi 19 juillet 2012

Le secteur des utilities a chuté de 10 % depuis le début de l’année. Comment réagir ?

C’est quand une action est trop sanctionnée que l’investisseur patient a intérêt à se positionner sur un titre pour préparer l’avenir.

 

L’incertitude a aujourd’hui gagné tous les secteurs, mais certains ont été plus touchés que d’autres ces dernières années. C’est le cas des services aux collectivités, ou utilities, dont l’indice de référence a chuté de 10 % depuis le début de l’année.

 

La crise financière en 2008/2009 avait fait craindre des refus de crédits pour ces groupes historiquement très endettés. Il n’en a heureusement rien été. Mais la crise économique a ensuite réduit leur rythme de croissance, sans néanmoins trop affecter les importantes liquidités générées par leurs activités. L’année dernière, la décision de l’Allemagne de sortir du nucléaire d’ici 2016 et de fermer immédiatement les réacteurs les plus anciens a pesé sur le cours d’E.ON mais aussi de GDF Suez. Dernièrement, le brouillard réglementaire en France et en Belgique s’est épaissi autour des prix facturés aux clients chez le premier et de l’avenir des centrales nucléaires chez le second. Des tensions qui ont une fois encore pesé sur le cours des actions concernées.

 

L’investisseur est le plus souvent tenté en pareil cas de se défaire au plus vite d’une entreprise qui accumule les déboires, au risque parfois de vendre au plus bas. Mais si, rappelons-le, la baisse du cours ne signifie pas pour autant une opportunité d’achat, les actions utilities en particulier apparaissent exagérément sanctionnées au vu de notre analyse. Le cours de GDF Suez, en l’occurrence, flirte avec son plus bas historique malgré un endettement raisonnable et des perspectives de croissance (e.a. dans le gaz) importantes selon nous. Un rattrapage peut donc être attendu dans le chef de cette valeur, même s’il est évidemment bien difficile de se prononcer sur le moment exact de la remontée du cours.

Partagez cet article