Analyse
TF1 en panne d'imagination il y a 5 ans - lundi 16 juillet 2012

La stratégie défensive de TF1 ne règle pas ses problèmes. L’action retombe à ses planchers de début 2009.

Mais elle reste un peu trop chère.
Vendez.

Une rumeur prétend que TF1 chercherait à remédier à la détérioration de sa rentabilité par de nouvelles mesures d’économies, pour 50 à 60 millions d’euros par an (effet positif sur le bénéfice de 0,17 EUR par action avant coûts de restructuration). Nous ne croyons pas au résultat d’un tel plan. Car un plan du même genre, lancé en 2008, n’a pas été à même de redresser le bénéfice. Et parce qu’une telle stratégie défensive risque de détériorer de la qualité des programmes, de réduire l’audience de la chaîne phare, de comprimer ainsi les revenus publicitaires et d’accélérer l’érosion de la position dominante de TF1 dans la télévision privée. De plus, la télévision numérique terrestre française accueillera en fin d’année six nouvelles chaînes gratuites (dont une attribuée à TF1). Certes, les activités de diversification (Eurosport…) reprennent du poil de la bête (leur marge opérationnelle du premier trimestre a atteint 11,4 %, contre 7 % un an plus tôt). Mais cela ne suffira pas pour prendre la relève du cœur de métier. Même si la situation financière du groupe reste saine, nous craignons à moyen terme un recul du dividende (le pay-out actuel est assez élevé : 64 % en 2011). Nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action à 0,78 EUR pour 2012 et 0,80 EUR pour 2013.

 

Cours au moment de l'analyse : 6,27 EUR

 

Premier groupe privé de télévision en France, TF1 est actif dans la télévision généraliste et thématique. Il tire la majorité de ses revenus de la publicité.

 

Partagez cet article