Analyse
HFT : très controversé ! il y a 5 ans - jeudi 18 octobre 2012

Quelque 40 % des transactions boursières en Europe, et 60 % aux Etats-Unis, sont le fait de firmes financières actives dans le trading à haute fréquence (High Frequency Trading ou HFT).

Basé sur des systèmes informatisés ultra-puissants, le HFT permet d’acheter et de vendre massivement des titres sur quelques microsecondes. La recherche d’un petit bénéfice à très court terme sur chaque titre permet, si elle est fructueuse, d’engranger in fine de plantureux bénéfices, étant donné les volumes en jeu.

Tout récemment, le régulateur financier allemand a décidé des mesures de restriction sur ces pratiques, soupçonnées d’alimenter la spéculation et l’instabilité des marchés. Mais cette mauvaise image est-elle justifiée ? Il y a quelque temps, certains experts ont pointé le HFT comme un facteur aggravant, sinon déclencheur, du « krach éclair » de la Bourse de New York en mai 2010. Plus récemment, le courtier américain Knight Capital Group a perdu en quelques secondes 440 millions de dollars, du fait de ses transactions automatisées. De plus, de sérieux soupçons se font jour quant à la légalité de certains comportements investigués par la SEC, le gendarme boursier américain. Certains opérateurs de plateformes boursières auraient cherché à s’attirer les bonnes grâces de firmes de HFT en leur permettant de passer leurs ordres prioritairement et donc dans de meilleures conditions. Ce qui gruge bien entendu le petit investisseur !

Les défenseurs du HFT mettent en avant les améliorations de la liquidité et l’abaissement du coût de transaction. Il va de soi que l’informatisation des places financières a permis des avancées en la matière. Mais l’apport spécifique du HFT reste controversé. Dans un contexte boursier négatif, les algorithmes à la base du HFT peuvent très bien suivre tous la même logique et priver la Bourse d’une liquidité pourtant alors cruciale. La liquidité serait dès lors sujette elle-même à une forte volatilité inquiétante.

Plutôt que de soutenir aveuglément une intervention étatique de plus sur les Bourses, nous serions davantage favorables à ce que la transparence soit faite sur les pratiques de HFT, de façon à juger plus sereinement de leurs avantages et inconvénients. Il serait toujours temps alors de prendre des mesures contraignantes.

 

Partagez cet article