Analyse
N’oubliez pas le dividende ! il y a 4 ans - mercredi 5 décembre 2012

Saviez-vous qu’il représente la moitié de la performance d’une action ?

Si vous investissez à long terme (plus de cinq ans), le rendement sur dividende des actions est une bonne rémunération du capital dans le contexte actuel de taux faibles.
Notre sélection d’actions pour le dividende est composée actuellement de National Grid, GDF Suez, BME, Zurich Insurance et Gimv.

 

Taux faibles

Les taux d’intérêt sont à des niveaux historiquement bas. Du coup, l’investisseur se voit proposer de la part des banques un taux d’épargne faible qui ne permet pas (ou à peine) de compenser l’inflation. Difficile dans ce contexte de trouver des placements rémunérateurs et sans risques. Même les coupons versés par les obligations d’entreprises se sont fort réduits.

 

Pourquoi privilégier le dividende ?

Les juteux dividendes versés par certaines grandes sociétés sont une source de revenus qu’il convient de ne pas négliger.
Primo, sur une longue période, il est communément admis que le dividende représente la moitié, voire un peu plus, de la performance totale d'une action.
Secundo, les fluctuations des dividendes sont moindres que celles des bénéfices, les sociétés ayant souvent une politique de dividende stable ou en croissance régulière. Même par temps difficiles, elles cherchent à fidéliser leurs actionnaires en attendant des périodes plus fastes.

 

Optez pour la qualité

Si vous faites du dividende l’axe central de vos investissements, nous vous conseillons de vous focaliser sur les entreprises proposant un rendement sur dividende supérieur ou égal à 5 %, ainsi qu’un dividende croissant régulièrement au rythme de l’activité. De plus, elles doivent être suffisamment solides financièrement, c’est-à-dire pas trop endettées avec une activité qui génère de fortes liquidités, pour être capables de maintenir un bon dividende en cas de difficultés temporaires. Dans le secteur des télécoms, France Télécom et KPN ont annoncé réduire leur dividende au titre de 2012. Telefónica le ramène à zéro.

 

Partagez cet article