Analyse
Atterrissage d'urgence pour Boeing ? il y a 4 ans - mercredi 23 janvier 2013

Alors que les incidents à bord du Dreamliner B787 font trembler Boeing, les investisseurs gardent leur calme. Mais pour combien de temps ?

Au cours actuel, nous ne sommes pas acheteurs.
A ceux que le risque effraie, nous conseillons de vendre.

 

Cloué au sol

Le dernier modèle en date de Boeing le B787 (Dreamliner), qui avait défrayé la chronique en étant mis en service avec trois ans de retard, fait encore parler de lui : des débuts d'incendie ont été à déplorer dans deux avions exploités par des compagnies japonaises. Les enquêtes se tournent vers les batteries (de fabrication japonaise) et le système électrique. Par prudence, les autorités des pays où ce modèle est utilisé interdisent ses vols. Ce sont ainsi 50 avions dans le monde qui sont cloués au sol.

 

Enjeu majeur

Pour l'heure, pour Boeing, l'aventure B787 reste déficitaire. D'ici fin 2013, l'objectif est normalement de faire passer la production de 5 à 10 modèles par mois et de faire rentrer des liquidités dans les caisses. Mais si la situation dégénère et que l'avion doit être substantiellement modifié, la production sera suspendue, les livraisons seront reportées, Boeing devra supporter le coût de la reconfiguration ainsi que les pénalités de retard aux clients ayant commandé. La rentabilité en souffrira.

 

Pas conseillé

Le cours de l'action Boeing n'a perdu jusqu'ici que 3,4 % par rapport à son sommet de janvier 2013. Le marché, considérant que le problème est dû à une étape de la fabrication et non à la conception, table sur un retour à la normale d'ici quelques semaines.
S'il en va effectivement ainsi, vu que le cours n'est pas sous-évalué, le potentiel de gain est limité. Nous ne vous conseillons dès lors pas d'acheter.
Si, au contraire, le problème est plus grave, le cours souffrira. Si ce risque vous effraie, vendez l'action.

 

Et les autres acteurs ?

Dans quelle mesure d'autres actions du secteur sont-elles touchées ?
EADS, fabricant des Airbus va-t-il profiter des déboires de Boeing ? Il est trop tôt pour le savoir. 
Spirit Aerosystems, équipementier pour Boeing n'est pas concerné par les incidents.

 

Cours au moment de l'analyse : 74 USD

 

Partagez cet article