Analyse
Ladbrokes : changement de conseil il y a 4 ans - vendredi 18 janvier 2013

Ladbrokes cherche à gagner en taille en tentant de racheter Betdaq. L’annonce a fait grimper le cours, qui avait déjà bien progressé tout au long de l’année.

Depuis notre dernier conseil d’achat, il a gagné plus de 30 %. L’action devient ainsi correctement évaluée. N’achetez plus.
Conservez.

 

Après deux tentatives avortées de rachats, Ladbrokes, toujours à la recherche de la taille critique, tente de s’offrir l’irlandais Betdaq, actif comme lui dans les jeux et paris, mais aussi dans les technologies de pointe pour l’évaluation des scores. Le montant de la transaction pourrait avoisiner les 30 millions de livres. De quoi grossir encore la dette déjà élevée de Ladbrokes. Des économies étant dès lors à prévoir, nous réduisons notre prévision de dividende à 4 p. brut pour 2013 et 2014 (contre 8 p. auparavant). Cette opération de croissance externe est cruciale pour Ladbrokes, dont le volume d’activité baisse suite à la crise, à la baisse du pouvoir d’achat et à la concurrence d’acteurs implantés dans des paradis fiscaux et réglementaires. Betbaq permettrait aussi à Ladbrokes de compenser les lacunes de sa plate-forme en ligne (les problèmes de mise en place d’un nouveau système sont la cause d’une lourde perte opérationnelle). Le rachat doit cependant encore obtenir différentes approbations avant d’être effectif. Dans l’attente et par prudence, nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action à 14,85 p. pour 2013 et 15,42 p. pour 2014.

 

Cours au moment de l'analyse : 200,10 pence

 

Ladbrokes est le spécialiste britannique des jeux et paris.

 

 

 

Partagez cet article