Analyse
Secteur des assurances : encore du potentiel en 2013 il y a 4 ans - jeudi 3 janvier 2013

L'action de deux compagnies d'assurances est à conserver. Mais trois autres valeurs solides que nous avons sélectionnées pour vous peuvent encore faire l'objet d'un achat.

Le secteur des assurances reste moins risqué que le secteur bancaire et est intéressant à titre de diversification. Il a moins recours aux marchés pour se financer, sa clientèle est plus captive et sa gestion plus prudente. Nous maintenons le niveau de risque à 3 et vous conseillons trois actions bon marché :


Aegon (+ 63,46 %), qui privilégie la rentabilité aux volumes et garde ses coûts sous contrôle;
Zurich Insurance (+ 23,80 %) qui fait partie de notre sélection d'actions pour le dividende;
Axa (+ 42,40 %) qui nous a un peu déçu en 2012 en modérant ses perspectives de croissance, mais dont la stratégie reste bonne (recentrage sur l’assurance-vie, augmentation des marges dans le non-vie, réduction du poids de l’Europe).

 

En 2012

Les assureurs européens ont connu une belle année 2012 avec un rendement global de 37,53 % pour le secteur (cours + dividende en EUR). Le sauvetage de la zone euro par la Banque centrale européenne a fait chuter le niveau de risque et rendu vie à l’ensemble des valeurs financières. Et les assureurs se sont montrés volontaristes dans leur restructuration : recentrage, renforcement de la solidité, réduction de la dépendance aux marchés d'actions…



En 2013

Certes, l’environnement ne s’annonce guère brillant en Europe. Mais ces dernières années, les assureurs ont démontré leur faculté à maintenir de bons résultats.
Si la faiblesse persistante des taux pèse sur la rentabilité des investissements des assureurs-vie, pour réduire cet impact, ils continueront à développer des activités générant des commissions (moins sensibles aux taux). Et dans le non-vie, la poursuite de la sélection des clients et la revalorisation des tarifs soutiendront les résultats. Globalement, en 2013, la croissance des bénéfices restera faible (surtout en assurance-vie), mais en 2014, pour peu que la situation économique s’améliore, elle devrait s'accélérer.



A conserver


ING (+ 27,00 %) s'est vu imposer une cure d'amaigrissement radicale par l'Europe. Le groupe devra avoir cédé toutes ses activités d'assurance d'ici fin 2018.


Ageas (+ 93,20 %) a enregistré d'excellentes performances et présente de belles perspectives de croissance, surtout à l'étranger. Nous ne sommes toutefois pas acheteurs en raison des risques judicairfes liés au passé de Fortis.



Partagez cet article