Analyse
Bourses : performances en janvier il y a 4 ans - lundi 4 février 2013

Performances positives pour la plupart des secteurs. Globalement, nous continuons à éviter la zone euro.

Nous privilégions d’autres zones : USA, Royaume-Uni, Chine…, d’autant plus que la cherté de l’euro permet d’y investir à bon compte.
Malgré le coup de mou du quatrième trimestre, les chiffres de l’immobilier et de l’emploi aux Etats-Unis confirment notre anticipation d’une reprise économique outre-Atlantique. Les nouvelles en provenance de la Chine restent bonnes et désormais, le président de la BCE anticipe un rebond de la zone euro dès la fin de l’année.
 

 

Aux Etats-Unis, alors que les résultats trimestriels publiés par les entreprises restent en légère croissance, le Dow Jones titille désormais ses records historiques de 2007.

En Europe, l’Euro Stoxx 50 reste encore 40 % sous ses sommets. Face aux tensions sociales et à l’ampleur des problèmes structurels (compétitivité, vieillissement de la population…), nous nous gardons de toute euphorie.

Sélectivité

Si les valorisations plaident toujours pour les actions (elles représentent 70 % de notre portefeuille neutre à 10 ans !), la sélectivité reste de mise pour les actions de la zone euro.

Janvier, secteur par secteur

A l’exception de la sidérurgie et des non-ferreux, la plupart des secteurs affichent des performances positives en janvier. Dans les ressources minières, Rio Tinto (-4 % en EUR) a été forcé d’acter des dépréciations pour 14 milliards de dollars, avec à la clé la démission du directeur général.

En dépit des bons résultats de Google (+6,8 %), IBM (+6 %) et le retour dans le vert de Nokia (-1,5 %), les technologiques ont pâti de la rentabilité affichée par Apple (-14,4 %), première capitalisation boursière au monde jusqu’il y a peu. Depuis ses sommets de l’été, le cours a cédé plus de 35 %. Malgré des résultats trimestriels record, le manque d’innovations récentes et les succès du concurrent Samsung (-4,9 %) inquiètent les investisseurs. Du côté des semi-conducteurs, ASML (+15,2 %) et Intel (+2 %) s’en tirent bien, mais font état de prévisions décevantes pour les mois à venir.

Malgré les amendes record liées au scandale du Libor (on évoque une facture de près de 6,5 milliards d’euros), les financières se sont très bien tenues, surtout en Europe. Outre l’annonce des remboursements anticipés d’une partie des aides à trois ans accordées par la BCE, les banques ont profité de l’assouplissement des règles de Bâle III et de l’apaisement sur le front des dettes souveraines. KBC (+11 %) est assurément sur la bonne voie. Après avoir remboursé les 3 milliards d’aides de l’Etat fédéral en 2012, le groupe vient de rembourser l’essentiel des aides de la BCE. A l’heure actuelle, nous privilégions toujours les assureurs, moins risqués que les banques. Achetez Aegon (+2,6 %), Zurich Insurance (+7,6 %) et AXA (+2,2 %).

Enfin, dans un secteur de la distribution qui a réalisé de bonnes ventes de fin d’année, les ventes de Delhaize (-15,4 %) aux Etats-Unis nous ont poussés à revoir notre jugement.


Partagez cet article