Analyse
La composition du Bel 20 revisitée il y a 4 ans - mercredi 6 mars 2013

Le vendredi 15 mars, après la clôture de la Bourse, la composition du Bel 20 sera remaniée. Thrombogenics et Delta Lloyd feront leur entrée dans l’indice alors que Mobistar et Nyrstar en sortiront.

Révision annuelle

C’est chaque année, en mars, que le Bel 20 est soumis à une révision. Le poids de chaque action dans l’indice est ajusté, sur base de la capitalisation boursière à la fin de l’année précédente, et du flottant ou free float (nombre d’actions aux mains du public).

C’est aussi le moment de contrôler si des actions remplissent les critères pour faire leur entrée dans l’indice, et si au contraire, certaines actions composant l’indice n’y ont plus leur place. Cette année, les nouveaux élus sont la société biotechnologique Thrombogenics et la société financière néerlandaise Delta Lloyd. Et c’est Mobistar et Nyrstar qui doivent céder leur place. Pour connaître le pourcentage que chaque action prendra désormais dans l’indice, il faut attendre le 15 mars.

En quoi cette révision a-t-elle une influence sur la composition de l’indice ?

La sortie de Nyrstar fait en sorte que l’indice sera encore moins exposé au secteur industriel. Parmi les 20 actions de l’indice, il n’en restera plus que trois de sociétés industrielles (Bekaert, Solvay, Umicore), auxquelles on peut ajouter les holdings Ackermans van Haaren (qui détient une forte participation dans DEME) et GBL, qui a de lourdes positions dans des groupes industriels. Mais quoi qu’il en soit, l’indice sera moins sensible qu’avant à la conjoncture. Il perdra aussi de son exposition au secteur télécom (en mauvaise posture en Europe), puisque seules Belgacom et Telenet y resteront présentes.

L’entrée de Delta Lloyd renforce en revanche le caractère financier de l’indice, déjà assuré par la présence de KBC et Ageas, deux actions qui vont recevoir cette année plus de poids dans l’indice, suite à leur forte performance boursière de 2012. Thrombogenics apportera son caractère de valeur de croissance, contrebalaçant ainsi le caractère défensif de l’indice assuré par la présence de deux sicafi, de deux entreprises de services aux collectivités (Elia et GDF Suez), de deux holdings et de deux opérateurs télécom. Enfin, UCB ne sera plus le seul représentant du secteur pharmaceutique.

 

Partagez cet article