Analyse
Taxe sur les actions italiennes il y a 4 ans - mercredi 6 mars 2013

Depuis le 1er mars, une taxe est prélevée lors de l’achat d’actions italiennes.

Même s’il est devenu un peu plus cher d’acheter des actions italiennes, cela ne change rien à nos conseils sur les actions italiennes que nous suivons. Nos conseils étant basés sur le potentiel à long terme, ce petit coût supplémentaire n’a pas d’influence. Parmi les valeurs italiennes que nous suivons, nous conseillons d’acheter le fournisseur d’électricité Enel.

 

Le technocrate Mario Monti, à la tête du gouvernement lors de la dernière législature, n’a eu de cesse d’instaurer des mesures d’économie et de trouver de nouvelles recettes. Une de ses trouvailles, la FTT (Financial Transaction Taks) est entrée en vigueur le 1er mars. A présent, lors de tout achat en Bourse d’une action italienne dont la capitalisation boursière est d’au moins 500 millions d’euros, une taxe est perçue.

Pour un achat sur une Bourse européenne (à Bruxelles, aucun certificat d’action italienne n’est coté…), la taxe s’élève à 0,12 % du montant de la transaction et sera de 0,10 % en 2014.

En cas d’achat sur une Bourse non européenne, elle sera de 0,22 % en 2013 et de 0,20 % ensuite.

La taxe est prélevée par l’intermédiaire financier. L’investisseur n’a aucune démarche à entreprendre. En cas de vente, la taxe n’est pas due.

 

Partagez cet article