Analyse
Vivendi : pas facile de maigrir il y a 4 ans - vendredi 1 mars 2013

Vivendi tente toujours de céder des actifs dans de bonnes conditions pour l'actionnaire.

Plus vite dit que fait. L'action reste correctement évaluée.
CONSERVEZ.

 

La chute de 94 % du bénéfice par action 2012 (à 0,13 EUR) est due surtout à des réductions de valeurs et à une provision pour une procédure en justice (affaire ancienne). Car le chiffre d'affaires 2012 n'a perdu que 0,7 % (hors effets de change), le bénéfice opérationnel 9,8 %, et le dividende est maintenu (1 EUR brut). Les jeux vidéos (Activision Blizzard) et les télécoms au Brésil (GVT) se sont bien portés. Comme prévu, les télécoms en France (SFR) ont souffert de la concurrence accrue. Le français souffrant d'une lourde dette, mais aussi de gros besoins en capitaux (pour investir dans les télécoms), il tente de céder des activités. Pour SFR, le groupe ne semblant pas près de pouvoir vendre à bon prix il cherchera plutôt à soutenir sa rentabilité (économies de coûts, nouvelle technologie internet mobile 4G), pour en obtenir plus tard un meilleur prix (pas gagné d'avance). Parmi les autres actifs à vendre, c'est le dossier Maroc télécom qui est le plus avancé (même si des complications politiques ne sont pas à exclure). Quant au brésilien GVT, en forte croissance mais très gourmand en capitaux, les amateurs ne semblent pas vouloir mettre le prix désiré par Vivendi. Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 1,40 EUR pour 2013 et 1,50 EUR pour 2014.

 

Cours au moment de l'analyse : 15,665 EUR

 

Vivendi est un groupe français actif dans les télécoms (SFR, Telecom Maroc, GVT au Brésil), la musique, la télévision et les jeux vidéo.

 

Partagez cet article