Analyse
Schneider Electric avance ses pions en Russie il y a 4 ans - mercredi 3 avril 2013

Encore une acquisition.

Une formule qui a permis jusqu'ici d'accroître les marges. Mais cette fois, la progression de la marge sera limitée. Malgré la hausse du cours, le titre reste correctement évalué.
CONSERVEZ.

 

Le groupe, profitant de la tendance générale aux économies d'énergie, est devenu en quelques années un acteur de référence dans le domaine. En rachetant une multitude de petits acteurs (dans la transmission d'énergie, l'automatisation, les thermostats, la résistance des matériaux…), il est parvenu à se développer. Il poursuit ainsi son expansion, avec le rachat total de la société russe Electroshield TM Samara, dont il détenait déjà 50 %. L'acquisition se fait à un bon prix : à peine 10 fois le résultat net, alors que le cours de Schneider est de plus de 14 fois son résultat. Et elle offre un potentiel de développement important (la zone est encore sous équipée). Le marché russe devient le quatrième marché du groupe, même s'il ne représente encore que 6 % de son activité. Pas encore de quoi compenser les faiblesses rencontrées sur ses marchés historiques (et la crise économique en Europe). Mais, à terme, son expertise dans le segment gaz et pétrole ou encore la maîtrise des résistances thermiques (aux grands froids, aux UV) pourrait lui ouvrir d'autres voies. Nous ne modifions pas nos prévisions de résultat mais nous relevons le taux de croissance du groupe à long terme.

 

Cours au moment de l'analyse : 58,32 EUR

 

Schneider est un groupe français actif dans les systèmes de distribution électrique (58 % du chiffre d'affaires), les automatismes et les systèmes de contrôle (27%), etc. Il est présent en Europe (34 % des revenus), en Amérique du Nord (24 %), en Asie Pacifique (24 %) etc… Ces derniers mois, il a procédé à de nombreuses acquisitions.

 

Partagez cet article