Analyse
Vivendi en attente du recentrage il y a 4 ans - jeudi 23 mai 2013

Le français tarde à concrétiser son recentrage.

Les cessions se font attendre. Masi il n'y a pas de quoi paniquer.
Titre correctement évalué.
CONSERVEZ.

 

La forte baisse du bénéfice par action au premier trimestre (-25,6 % à 0,40 EUR) provient essentiellement du fait qu'un an plus tôt, la filiale SFR (n°2 des télécoms en France) ne subissait encore que partiellement l'effet de la concurrence de Free. Certes, cela souligne que Vivendi a payé trop cher en 2011 les 44 % de SFR rachetés à Vodafone. Mais, depuis l'an dernier, le groupe a changé son fusil d'épaule. Des économies sont en cours chez SFR et, surtout, le groupe cherche à se recentrer sur les médias (TV avec Canal +, musique avec Universal, deux activités en croissance). Il cherche dès lors des acheteurs pour les autres activités. Le projet de cession des 53 % détenus dans Maroc Telecom semble le plus avancé et permettrait de réduire la dette du groupe. Deux autres candidats à la cession : Activision Blizzard (jeux vidéo) et GVT (télécoms au Brésil). Vivendi affirme ne pas être pressé, mais la crise persistante menace les conditions de ces ventes. Pas de quoi paniquer pour autant. Car malgré un niveau de risque de 3, l'action n'est pas trop chère. Le dividende n'est en outre pas en danger et offre un rendement de 6,5 % brut. Le groupe confirme ses objectifs pour 2013. Nous maintenons aussi nos prévisions de bénéfice par action à 1,40 EUR pour 2013 et 1,50 EUR pour 2014.

 

Cours au moment de l'analyse : 15,195 EUR

 

Vivendi est un groupe français actif dans les télécoms (SFR, Telecom Maroc, GVT au Brésil), la musique, la télévision et les jeux vidéo.

 

Partagez cet article