Analyse
Votre portefeuille d’actions sur mesure il y a 4 ans - mercredi 15 mai 2013

Thierry, 50 ans, a investi 50 000 EUR dans un portefeuille de dix actions. Il a un profil de risque moyen : pas aventureux mais prêt à un peu de risque pour améliorer la performance de son investissement. Son horizon de placement est de dix ans. Ses choix sont-ils judicieux ?

Quelle stratégie ?

Avant d’analyser le portefeuille, posons-nous la question : Thierry a-t-il raison de posséder des actions ?
Investir en actions individuelles ne peut en effet s’envisager qu’en complément (25 % maximum) d’un portefeuille préalablement diversifié de sicav d’actions et de sicav d’obligations. C’est le cas ici : Thierry détient un portefeuille de sicav de ±175 000 euros. Nous l’avons renvoyé vers notre portefeuille phare afin qu’il s’assure que la composition de son portefeuille est en adéquation avec ce que nous recommandons. 

Thierry a par ailleurs une réserve de 50 000 euros sur son compte d’épargne. Une précaution largement suffisante. Il peut donc sans problème conserver ses actions, d’autant qu’il nous dispose d’un horizon de placement de dix ans et qu’il est prêt à s’consacrer du temps au suivi de ses placements.

 

Portefeuille

– 10 actions différentes, c’est normalement insuffisant pour une diversification optimale. Thierry pourra toutefois déjà minorer les conséquences sur son rendement de la baisse d’un ou deux titres. Et n’oublions pas qu’il détient par ailleurs un portefeuille de sicav diversifié.
– Le portefeuille est surpondéré dans les télécoms (40 % de son investissement). De plus, le potentiel d’appréciation de Telenet (action chère) est largement inférieur à celui de Belgacom et de France Télécom. L’investissement dans Telenet est superflu.
– IBM et Barco sont deux actions qui peuvent être conservées. Leur poids respectif (11 % et 9 %) est correct.
– Delhaize ne compte que pour 2 % du portefeuille. C’est trop faible pour cette valeur qui possède un fort potentiel de hausse tout en affichant un risque moyen.
– Dans les biens de consommation, le poids de Kimberly-Clark (24 %) est trop élevé, tandis que celui de Procter & Gamble (4 %) est trop faible pour une action bon marché et peu risquée.
– Dans le secteur financier, la position en Ageas (6 %) est suffisante, compte tenu de l’absence de décote. Elle est par contre trop faible pour Santander Brasil (4 %) dont le cours demeure exagérément sanctionné.

 

Notre proposition

– Vendre l’entièreté de Telenet, soit 10 000 EUR. Le poids des télécoms sera ramené à un niveau plus raisonnable de 20 %. L’exposition à Belgacom et France Télécom demeure inchangée.
– Réinvestir 5 000 EUR dans Delhaize.
– Réinvestir les 5 000 EUR restants dans Santander Brasil.
– Rééquilibrer le secteur des biens de consommation : vendre la moitié de Kimberly Clark et réinvestir dans Procter & Gamble.

 

 

LE PORTEFEUILLE D’ACTIONS DE THIERRY
Action
Bourse
AVANT
APRES
 
 
Valeur
(en EUR)
Poids
Mouvement
Valeur
(en EUR)
Poids
Télécom
20 000
40 %
-
10 000
20 %
Belgacom
Bruxelles
7 000
14 %
=
7 000
14 %
Telenet
Bruxelles
10 000
20 %
-
0
0 %
France Télécom
Paris
3 000
6 %
=
3 000
6 %
Technologie
10 000
20 %
=
10 000
20 %
Barco
Bruxelles
4 500
9 %
=
4 500
9 %
IBM
New York
5 500
11 %
=
5 500
11 %
Distribution
1 000
2 %
+
6 000
12 %
Delhaize
Bruxelles
1 000
2 %
+
6 000
12 %
Biens de consommation
14 000
28 %
=
14 000
28 %
Procter & Gamble
New York
2 000
4 %
+
8 000
16 %
Kimberly-Clark
New York
12 000
24 %
-
6 000
12 %
Secteur - Finances
5 000
10 %
+
10 000
20 %
Ageas
Bruxelles
3 000
6 %
=
3 000
6 %
Santander Brasil
New York
2 000
4 %
+
7 000
14 %

 

Partagez cet article