Analyse
bpost : gare au marketing ! il y a 4 ans - mardi 4 juin 2013

Le battage médiatique à propos de la prochaine mise en vente des actions bpost a démarré en fanfare. Une publicité qui pose problème.

En ce qui concerne l’introduction en Bourse, nous vous donnerons un conseil lorsque le prospectus sera public et que nous connaîtrons s le calendrier de l'opération, la stratégie visée et le prix de l'action (jusqu'ici, seule la rumeur fait état d'environ 23 EUR). En fonction des fondamentaux et des perspectives de croissance de l’entreprise, nous pourrons alors juger s'il faut ou non investir dans cette action.
En attendant, nous tenions toutefois à mettre en garde.

 

Des doubles pages dans les journaux (financiers ou non), des spots radio, des lettres envoyées par les banques à leurs clients... En prélude à son introduction en Bourse, la poste se présente comme une entreprise moderne et efficace, dont les clients sont satisfaits et le personnel motivé, avec une productivité en hausse et qui réalise des bénéfices. Il s’agit clairement de publicités pour inciter chacun à envisager positivement d’investir dans les actions qui seront mises en vente ces prochaines semaines. Ces publicités posent problèmes.

 

Tout d’abord, la publicité ne mentionne que des aspects positifs de bpost, sans mettre en balance les aspects négatifs, ce qui donne une image tronquée de la réalité. Renvoyer vers un prospectus technique et encore indisponible pour les risques n’est pas acceptable.

 

Ensuite, la publicité dans les journaux et à la radio s’adresse à tout le monde sans distinction, sans tenir compte du fait que la majeure partie du public touché n’a aucune expérience en matière d’investissement direct en actions. Il faudrait recommander à tous ceux qui sont dans ce cas de prendre conseil auprès de leur banque. Avant de donner un avis, leur conseiller devra analyser si cet investissement est adéquat, en tenant compte de leur profil de risque, leur situation financière et leurs besoins, de même que leur expérience dans le domaine. La conclusion sera probablement négative pour nombre de ceux qui n’ont pas encore de portefeuille investi directement dans des actions.

 

Nous avons demandé à la FSMA d’intervenir pour que les droits des consommateurs soient mieux respectés.

Partagez cet article