Analyse
CMB : l’exercice 2014 sera encore difficile il y a 4 ans - vendredi 19 juillet 2013

Les tarifs de transport rebondissent, mais cela risque d’être temporaire. 2013 et 2014 clôtureront dans le rouge hors éléments non récurrents) et les dividendes resteront minimes.

Au vu néanmoins de la valeur de la flotte, le titre est correctement évalué.
CONSERVEZ.

 

Au 1er semestre, le prix moyen du transport de vrac sec a été catastrophique. Bocimar (filiale de CMB active dans ce secteur), qui a vu arriver à échéance divers contrats conclus lorsque les tarifs étaient meilleurs, et qui a dû mettre fin à un gros contrat avec un client au bord de la faillite, clôture le semestre en perte (0,20 EUR par action). Si CMB le clôture dans le vert (bénéfice de 0,50 EUR par action), c’est grâce à l’activité aviation (0,10 EUR par action) et, à nouveau, surtout à la vente d’actions FMG (0,70 EUR par action). Pour le 2nd semestre, nous tablons sur un résultat au mieux à l’équilibre. Certes, depuis mi-juin, les tarifs rebondissent (grâce aux exportations de minerai de fer et de charbon du Brésil vers la Chine). Mais cela risque d’être temporaire. Et les surcapacités de transport subsistent : depuis début 2013, la flotte mondiale a encore crû de 3,3 %, les commandes dans les chantiers navals représentent encore 18 % de la flotte actuelle et 80 % des commandes seront livrées d’ici fin 2014. Ces surcapacités pèseront encore un bon moment sur le résultat de CMB, et les plus-values sur les dernières actions FMG ne suffiront plus pour compenser.

 

Cours au moment de l'analyse : 14,93 EUR

 

CMB est un transporteur maritime belge vrac sec au travers de sa filiale Bocimar. Egalement actif dans le transport aérien (cargo, passagers, leasings) via ASL détenu à 51 %.

 

Partagez cet article