Analyse
Nokia : fin de la coentreprise avec Siemens il y a 4 ans - mardi 9 juillet 2013

Nokia prend le contrôle de sa co-entreprise avec Siemens.

Un pari risqué et une opération qui dégrade sa situation financière. L'action devient plus risquée (notre indicateur passe à 4) et reste chère.
VENDEZ.

 

Nokia et Siemens avaient créé ensemble une joint-venture, Nokia Siemens Networks (NSN), active dans les infrastructures de réseaux télécoms. A présent, Siemens s'en détache et Nokia lui rachète ses 50 % du capital pour 1,7 milliards d'euros. Certes, ce prix peut sembler attractif à première vue, et la coentreprise, déficitaire depuis sa création en 2006, est récemment parvenue à clôturer dans le vert. Mais la création de valeur pour l'actionnaire est loin d'être assurée. Le potentiel d'amélioration de la marge opérationnelle de NSN semble épuisé (sa profonde restructuration touche à sa fin et ses prix de vente sont mis sous pression par le renforcement de la concurrence, notamment chinoise). De plus, le rachat des 50 % de NSN va affaiblir la situation financière de Nokia, ce qui pourrait freiner ses investissements, en particulier dans les téléphones mobiles (53 % du chiffre d'affaires), où ses parts de marché et ses résultats sont en chute libre depuis plusieurs années. Pour 2013, nous tablons sur une nouvelle perte de 0,30 EUR par action. Pour 2014, nous misons sur un petit bénéfice de 0,10 EUR par action. Mais l'avenir du groupe est incertain et l'action est surévaluée.

 

Cours au moment de l'analyse : 3,278 EUR

 

Le groupe finlandais Nokia est depuis peu le deuxième fabricant de téléphones mobiles au monde derrière le sud-coréen Samsung; la coentreprise Nokia Siemens Network est le numéro 4 dans les infrastructures télécoms.

 

Partagez cet article