Analyse
Accor : nouveau PDG ? Pas de changement ! il y a 4 ans - vendredi 30 août 2013

L’instabilité au sein du groupe affecte les résultats.

Le cours est encore trop optimiste .Action chère. 
Vendez.

La nomination de S. Bazin au poste de PDG ne devrait pas modifier la stratégie. Bazin plaide pour la cession des immeubles abritant les hôtels (dont le groupe conserve la gérance), pour récupérer du cash et réduire à plus long terme les coûts liés à la propriété de ces immeubles. Le processus a été entamé par son prédécesseur mais son effet ne se répercute pas jusqu’ici sur le résultat. Celui-ci est décevant au premier semestre. L’activité hôtelière a été faible, alors que les charges ont grimpé (restructurations…). Tant dans le haut de gamme que le milieu de gamme, la marge opérationnelle, qui résistait jusque là, a plongé à 4,3 %. Et, à moyen terme, alors que nous n’anticipons pas de reprise de l’activité (morosité économique), de nouvelles charges vont apparaitre (frais de cessions des immeubles, plan de départs volontaires du personnel…). De plus, le déploiement du groupe dans les pays émergents (Inde en tête) semble compromis, compte tenu des capitaux nécessaires. L’enjeu est à présent de chercher des investissements permettant un retour rapide, quitte à délaisser des projets prometteurs, mais demandant de trop lourds investissements. Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 0,59 EUR pour 2013 (contre 1 EUR auparavant) et à 0,92 EUR pour 2014 (contre 1,23).

 

Cours au moment de l'analyse : 28,53 EUR

 

Accor est le premier groupe hôtelier européen. La précédente crise l'a contraint à se recentrer sur son cœur de métier et à se désengager des activités titres services, service à bord des trains etc.

 

 

Partagez cet article