Analyse
Bourses en novembre : bilan positif il y a 2 ans - lundi 1 décembre 2014

Mais la zone euro fait toujours grise mine.

Depuis le début de l’année, les Bourses des Etats-Unis et les marchés émergents ont engrangé des rendements de respectivement 25 et 17 %. En comparaison, la zone euro (+7 %), globalement absente depuis début 2006 de nos portefeuilles, fait grise mine. 

 

Russie

Avec la chute du rouble, l’investisseur qui aurait investi en Russie totalise déjà une perte de près de 23 % depuis début 2014. Les actions russes paraissent aujourd’hui sous-évaluées, mais Moscou reste un marché volatil et risqué. Si vous n’avez pas suivi notre conseil de vente d’il y a un an, il est toujours temps de le faire.

 

Japon

Le Japon garde un beau potentiel. Plus déterminée que jamais, la banque centrale a augmenté en novembre ses achats de dettes publiques, de titres immobiliers et d’actions. Par ailleurs, le gouvernement a décidé d’augmenter la part des actions (japonaises et étrangères) dans le fonds de pension étatique. De quoi, au-delà de la volonté de déprécier le yen face au dollar et aux autres devises asiatiques, induire un effet de richesse susceptible de stimuler la consommation. La récession des deux derniers trimestres (causée e.a. par la hausse planifiée du taux de la TVA) ne devrait être que temporaire. Et le yen, s’il devrait encore reculer face au dollar, ne devrait plus se déprécier face à l’euro.
Investissez au Japon via la sicav d’actions Aberdeen Global Japanse Equity.

 

Chine

La banque centrale a aussi décidé d’assouplir sa politique monétaire.
Investissez-y via les sicav d’actions Fidelity China Focus A EUR et GAM Star China Equity USD.

 

Secteurs

A côté des effets d’annonces des grands argentiers, les résultats de sociétés du troisième trimestre (globalement bons), la chute de l’euro (qui donnera un coup de pouce aux exportateurs européens), la baisse du prix du pétrole et la poursuite des opérations de fusions/acquisitions (Halliburton-Baker Hughes, Actvis-Allergan, Hasbro-DreamWorks) ont aussi soutenu les marchés en novembre. La quasi-totalité des secteurs ont terminé le mois dans le vert. Parmi les moins bonnes performances, on retrouve le secteur pétrolier qui encaisse la faiblesse persistante du prix du baril contre laquelle l’OPEP n’est pas décidée à se battre et le secteur des services aux collectivités, plombé par de mauvaises nouvelles : Enel a postposé ses plans de réduction de dette, GDF Suez a réduit ses attentes pour l’ensemble de 2014 (mais maintient son dividende) et E.ON est affecté par ses résultats en Russie. 

 

Partagez cet article