Analyse
Bourses : les failles du système il y a 2 ans - jeudi 20 août 2015

La belle mécanique des Bourses n’est pas à l’abri des couacs. L’actualité récente nous en offre deux exemples.

Ces épisodes ne doivent cependant pas ébranler la confiance de l’investisseur dans le système.

 

Le 8 juillet, la Bourse de New York a dû brutalement suspendre son activité durant plus de 3 heures 30. Cette septième interruption depuis 1817 est la plus longue du genre. Les autorités ont évoqué, sans grande précision, une panne informatique. A noter que des problèmes équivalents, présentés comme indépendants, ont touché au même moment le quotidien Wall Street Journal et la compagnie aérienne United Airlines…

 

Quelques jours plus tard, le 14 juillet, deux emblèmes de l’information instantanée, à savoir le site de micro-blogging Twitter et l’agence de presse britannique Bloomberg, étaient victimes d’une grossière manipulation. Une fausse dépêche Bloomberg faisant état d’une offre de reprise pour le groupe Twitter a fait s’envoler le cours de l’action de quelque 8 %, certes pour un temps très limité. En cause, sans doute, les algorithmes informatiques à l’œuvre sur les marchés qui ont été incapables de déceler le vrai du faux, une fois l’information circulant sur… Twitter ! Quelques semaines plutôt, deux autres « plaisanteries » du même genre avaient concerné les entreprises Avon et Tesla, provoquant à chaque fois de brèves réactions en Bourse.

 

Toutefois, lors de la panne du NYSE, les actions continuaient à être négociées sur d’autres marchés aux Etats-Unis. Et en l’occurrence, les failles du système elles-mêmes ont fourni la solution. Car pour ce qui est de l’action Twitter, une fois la supercherie découverte, c’est sur les réseaux sociaux que le démenti a fusé. Les quelques victimes se sont trouvées parmi les traders les plus invétérés…

Partagez cet article