Analyse
Vivendi : flou et peu cohérent il y a un an - vendredi 13 novembre 2015

Le résultat publié révèle un trimestre difficile.

Les remèdes annoncés ne nous convainquent pas. Les projets du groupe restent flous et peut-être onéreux. Bien qu’ayant plongé, le cours n’inclut pas assez les risques.
VENDEZ.

 

Le 3e trimestre s’est soldé par un recul du chiffre d’affaires (-0,5 %) et une perte de 0,15 EUR par action. Il ne rassure pas sur la qualité des activités médias. Et si la TV payante (Canal+) progresse à l’étranger, elle s’assombrit en France : son chiffre d’affaires perd 1,9 % sur 9 mois et ses coûts grimpent (restructuration, droits sportifs…). Dans la musique (Universal), le résultat opérationnel perd 24,5 %, ce qui remet en cause la viabilité du streaming. Pour inverser la tendance, le groupe dit vouloir renforcer ses investissements (2016 et 2017). Mais mis à part un projet dans Banijay Zodiak (producteur tv), le reste est flou. La cohérence fait aussi défaut : juste après avoir cédé ses actifs dans les télécoms et les jeux vidéo, le groupe monte dans le capital de Telecom Italia, d’Ubisoft et de Gameloft. De quoi inquiéter quant à l’usage qui sera fait des 8 milliards de trésorerie (et ce, malgré le dividende exceptionnel de 2 EUR brut prévu pour 2015). Le danger : voir le groupe renouer avec des investissements trop diversifiés ou onéreux. Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 0,55 EUR pour 2015 (contre 0,73 auparavant) et à 0,60 EUR pour 2016 (contre 0,88).

 

Cours au moment de l'analyse : 20,11 EUR

 

Vivendi est un groupe français actif dans le divertissement et les médias : la télévision avec Canal + et la musique avec Universal (n°1 mondial).

 

Partagez cet article