Analyse
Comment investir dans le pétrole ? il y a un an - jeudi 12 mai 2016

Les compagnies pétrolières de notre sélection œuvrent avec succès (réduction des coûts et des investissements) pour préserver leur dividende et la remontée du baril aux alentours de 50 USD de même que l’intensification des mesures amélioreront les résultats en 2017. A court terme toutefois, la volatilité du baril déteindra aussi sur celle du secteur.

Quatre conseils pour investir

Malgré un gain de 27,3 % (21,7 % en euro) depuis le creux du 11 février, le secteur reste intéressant. Comment dès lors y investir ? En suivant d’abord ces 4 conseils :
1) Veillez à ce que le pétrole n’occupe pas une place trop importante dans votre portefeuille ;
2) Limitez le poids de chaque action à 5 % maximum ;
3) Privilégiez les valeurs les plus solides ;
4) Si vous préférez un fonds, privilégiez Amundi ETF MSCI World Energy EUR.

 

Côté actions

Exxon
Même si sa notation de solidité a été ramenée de AAA à AA+ par Standard & Poor’s, Exxon continue à se financer à de très bonnes conditions et s’adapte à l’environnement en réduisant ses coûts et ses investissements. Signe de l’efficacité de cette stratégie, le relèvement du dividende à 0,75 USD pour le 2e trimestre contre 0,73 au premier.
Si 2016 sera difficile, une amélioration est attendue en 2017 avec la (légère) remontée du baril et la baisse des coûts.
Notre avis : Exxon reste notre favori dans le secteur en raison de la qualité de ses actifs (faibles coûts de production) et de sa solidité financière. L’action est du reste peu volatile et donc peu risquée, alors que la rémunération de l’actionnaire reste une priorité.

 

Chevron
La perte au 1er trimestre a déçu et avec ± 70 % de sa production dans le pétrole (Exxon : 50 %), le groupe est très sensible aux variations du baril. Il réagit toutefois en accentuant la baisse des coûts (abaissement du seuil de rentabilité) et en cédant davantage d’actifs. Il mise aussi sur plusieurs gros projets pour relancer sa croissance, projets dont la rentabilité demande toutefois confirmation.
Notre avis : bonne réaction de Chevron dont la stratégie portera ses fruits.

 

BP
Le bénéfice au 1er trimestre a été un peu meilleur que prévu grâce au raffinage et au trading. Les réductions de coûts jouent aussi un rôle important puisqu’elles contribuent, selon la direction, à retrouver l’équilibre avec un baril à 50-55 USD en 2017 contre 60 USD estimés jusqu’ici.
Notre avis : même si ce n’est pas notre scénario de base, le risque d’une baisse du dividende (rendement brut de 6,8 %) n’est pas mince.

 

ENI
Le passage de la notation S&P de A- à BBB+ et la perte au 1er trimestre (après un 4e trimestre 2015 déjà en perte) nous ont amenés à abaisser nos prévisions pour 2016 et 2017. Il sera important qu’ENI conclue son plan de cession d’actifs à de bonnes conditions pour soulager ainsi ses finances.
Notre avis : l’action n’est pas assez intéressante pour être achetée, mais une remontée du baril ou des cessions rémunératrices pourraient soutenir le cours.

 

Total
Le groupe continue à réduire ses investissements pour épargner ses liquidités, mais poursuit d’un autre côté ses investissements dans le renouvelable (prix élevé, faible impact sur les résultats pour l’heure).
Notre avis : Total rassure en respectant son plan de baisse des coûts et de développement de sa production, mais l’action n’est pas assez bon marché.

 

Royal Dutch
Le rachat de British Gas a entraîné une hausse (attendue) de la dette, amenant RD à annoncer une nouvelle réduction des coûts et de nouvelles cessions. Des mesures nécessaires pour maintenir le dividende (rendement de 7,7 % brut).
Notre avis : l’intégration de BG semble se passer comme prévu et la remontée du baril aidera Royal Dutch à solidifier son bilan, mais 2016 restera une année de transition.

 

Encana
Malgré les mesures prises, le groupe affichera des pertes en 2016 (attendu) et devra poursuivre ses cessions d’actifs pour solidifier son (fragile) bilan.
Notre avis : après la hausse du cours, le potentiel est trop limité pour acheter, même si le groupe ne ménage pas ses efforts. Nous jugerons de l’évolution de la situation au fil des communiqués.

 

Repsol
Si le niveau de la dette reste à surveiller, les résultats trimestriels ont dépassé nos attentes. Le groupe devrait profiter d’une petite hausse de la production grâce aux récents investissements.
Notre avis : le groupe poursuit la baisse de ses coûts et investissements, mais de nouvelles mesures seraient appréciées. L’action reste toutefois intéressante.

Partagez cet article