Bouygues FR0000120503

Alertes
Ajouter au portefeuille
38,78 EUR 27/04/2017 17:35 Paris
-0,09 EUR (-0,23 %) Variation depuis la dernière clôture
24,99 39,18  52 semaines min max
32,30 % Rendement sur 1 an
4,12 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse

    Bouygues doit faire croître ses revenus

    il y a 2 mois - mardi 28 février 2017
    En 2016, le groupe a amélioré sa rentabilité. A présent, il doit relever le défi de la croissance de son chiffre d'affaires.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse

    Bouygues : effet Trump ? A tempérer…

    il y a 5 mois - vendredi 25 novembre 2016
    L’embellie dans les télécoms se confirme. Mais pour asseoir sa croissance, Bouygues aurait besoin de son activité dans la construction. Certes, Trump pourrait l’y aider. Mais nous restons prudents.

    CONSERVEZ.

    Bouygues est revenu sur la bonne voie. Au 3e trimestre, son chiffre d’affaires a limité son recul à 1 % et le bénéfice par action est resté ±stable (1,08 EUR). Nous confirmons dès lors notre prévision de bénéfice par action 2016 (1,20 EUR) et relevons celle pour 2017 à 1,50 EUR (contre 1,40 auparavant). L’activité télécom s’est portée mieux que prévu : son résultat opérationnel (hors éléments non récurrents) a quasi doublé, grâce à la poursuite des économies et à la faiblesse du concurrent SFR. La rentabilité de Bouygues Télécom est en hausse et le pire est sans doute passé sur le marché français (avec ses 4 acteurs), mais elle restera sous la moyenne du secteur dans l’Hexagone, y compris en 2017. Et vu que l’activité tv (TF1) est durablement affaiblie, Bouygues a besoin d’une embellie dans l’activité construction. Mais le bénéfice y perd 20 % sur les 9 premiers mois de 2016. Certes, les commandes se redressent, les projets d’infrastructures prévus par Trump pourraient profiter dès 2017 à l’activité travaux publics (Colas) et le Canada a aussi des projets dans ce sens. Mais l’Amérique du Nord ne comptant que pour 10% de l’activité construction, il faut tempérer les enthousiasmes !

    Cours au moment de l'analyse : 32,39 EUR

    Bouygues est un conglomérat français actif dans la construction (y compris la maintenance électrique), l’immobilier, les travaux publics (routes), les médias (TF1) et les télécoms (mobilophonie). Il détient aussi une participation dans Alstom.

    Partagez cet article

  • Analyse

    Bouygues : amélioration dans les télécoms

    il y a 7 mois - mardi 6 septembre 2016

    Après l’échec des tentatives de rapprochement dans les télécoms et les difficultés conjoncturelles, Bouygues panse plutôt bien ses plaies.

    La partie n’est toutefois pas gagnée.
    CONSERVEZ.

     

    Si le chiffre d’affaires au 1er semestre a diminué de 1 % sur base comparable, la perte par action s’est réduite à 0,08 EUR contre 0,12 un an plus tôt, malgré une hausse des charges de restructuration. Due au 1er trimestre, avec une faible activité routes (Colas), cette perte n’est pas représentative du potentiel bénéficiaire en année pleine. Nous prévoyons donc toujours un bénéfice par action 2016 et 2017 de respectivement 1,2 et 1,4 EUR.

     

    Après l’échec des approches d’Altice et Orange pour reprendre l’activité télécoms, la direction a confirmé vouloir faire cavalier seul dans ce domaine. Elle n’achètera donc pas un autre opérateur, ce qui aurait pu coûter cher, alors que les efforts vont dans le bon sens. Profitant d’une faiblesse du concurrent SFR, Bouygues a ainsi attiré de nouveaux clients tout en poursuivant ses réductions de coûts, laissant augurer une année 2017 à nouveau favorable. En France, les commandes dans la construction repartent à la hausse (3 %) et malgré la faiblesse bénéficiaire du pôle médias (TF1), Bouygues peut être crédité d’une bonne note sur le semestre. Trop tôt toutefois pour crier victoire. La conjoncture économique reste fragile et le secteur télécoms très concurrentiel et vorace en capitaux.

     

    Cours au moment de l'analyse : 28,82 EUR

     

    Bouygues est un conglomérat français actif dans la construction (y compris la maintenance électrique), l’immobilier, les travaux publics (routes), les médias (TF1) et les télécoms (mobilophonie). Il détient aussi une participation dans Alstom.

     

    Partagez cet article

  • Analyse

    Orange et Bouygues Télécom : échec et mat

    il y a un an - mercredi 6 avril 2016

    Le projet de rachat de Bouygues Telecom par Orange a capoté. De quoi doucher l’espoir de voir le marché télécom français passer de 4 à 3 opérateurs.

    Suite à l’annonce, le cours d’Orange a perdu 6 %, celui de Bouygues s’est replié de 13 %.
    Nous conseillons toujours de vendre Orange
    Nous ne conseillons plus d’acheter Bouygues (conservez).

     

    Trop d’obstacles

    En cherchant à racheter Bouygues Telecom (n°3 français des télécoms), Orange cherchait un moyen d’améliorer sa rentabilité et de pérenniser sa croissance, fraîchement retrouvée. Mais les obstacles se sont révélés insurmontables : le prix réclamé par Bouygues était trop élevé et Orange aurait dû céder des actifs à des concurrents peu coopératifs. Les négociations ont aussi été freinées par l’Etat français qui détient 23 % du capital d’Orange (autrefois monopole d’Etat sous l’appellation France Télécom). Une caractéristique qui constitue un point faible pour le futur développement du groupe (acquisitions, fusions…).

     

    Occasion manquée

    La réduction des opérateurs français du nombre de 4 à 3 semble donc reportée aux calendes grecques. La pression concurrentielle devrait ainsi se maintenir, alors que les tarifs français sont parmi les plus faibles d’Europe.

     

    Orange : peu de changement

    Le groupe Orange étant le solide leader du marché, il est celui qui a le moins à perdre de cet échec. Il confirme d’ailleurs son objectif de hausse du résultat opérationnel 2016. Comme nous n’avions pas tenu compte du rachat de Bouygues Telecom dans nos prévisions, nous misons toujours sur un bénéfice par action de 0,97 EUR en 2016 et de 1,02 EUR en 2017. Mais, vu les perspectives peu emballantes, en dépit de son recul, l’action reste chère.

     

    Bouygues : n’achetez plus !

    Le groupe Bouygues a beau répéter vouloir améliorer progressivement sa rentabilité, l’avenir de Bouygues Télécom reste incertain, vu la rude concurrence. Une fusion de la filiale télécom avec Orange aurait dégagé des économies de coûts et permis à Bouygues de se recentrer sur la construction, dont le carnet de commandes à l’étranger était en hausse de 16 % fin 2015. Suite à l’échec du projet, nous réduisons nos prévisions de croissance à moyen/long terme pour Bouygues. Vu que nos prévisions de bénéfice par action étaient déjà prudentes, nous les maintenons à 1,20 EUR pour 2016 et 1,40 EUR pour 2017. Mais, malgré la baisse du cours, nous ne vous conseillons plus d’acheter cette action.

     

    Cours au moment de l’analyse : Orange : 14,23 EUR
    Bouygues : 29,65 EUR

     

    Orange (ex-France Télécom) est le premier opérateur téléphonique français (fixe, mobile, Internet, télévision, etc). Il est également bien implanté au Royaume-Uni et en Espagne. Pour redynamiser sa croissance, il cible l’Afrique et le Moyen-Orient.

     

    Bouygues est un conglomérat français actif dans la construction (y compris la maintenance électrique), l’immobilier, les travaux publics (routes), les médias (TF1) et les télécoms (mobilophonie). Il détient aussi une participation dans Alstom.


    Partagez cet article

  • Analyse

    Bouygues : alliance avec Orange ?

    il y a un an - jeudi 10 décembre 2015

    Bouygues Télécom sera-t-il repris par Orange ? Un rapprochement dans de bonnes conditions serait une épine hors du pied de Bouygues. Mais rien n’est acquis.

    Dans l’attente, nous misons cependant toujours sur une amélioration progressive du résultat.
    ACHETEZ.

     

    Des pourparlers seraient en cours pour la reprise de Bouygues Telecom par Orange. Vu les aspects réglementaires et politiques du dossier, rien n’est acquis. Mais compte tenu de la fragilité de Bouygues Telecom (notamment face au concurrent Free) et malgré de récents efforts (coûts contenus, hausse modeste du chiffre d’affaires), à terme, la rentabilité de Bouygues Telecom n’est pas assurée. Si un accord est trouvé avec Orange, Bouygues restera sans doute actionnaire du nouvel ensemble (susceptible d’inclure TF1, autre actif à problèmes de Bouygues). Certes, nous préférerions un désengagement complet (avec dividende exceptionnel ?). Mais l’opération aurait le mérite de dégager des économies (les investissements télécom pèsent lourd dans le budget de Bouygues) et de permettre de se focaliser sur les métiers de la construction, qui jouit de perspectives favorables à l’étranger (fin septembre 2015 : carnet de commandes en hausse de 23 % par rapport à un an plus tôt). Pour le groupe Bouygues dans son ensemble, nous tablons sur un bénéfice par action de 1,20 EUR en 2015 (hors accord avec Orange) et de 1,55 EUR en 2016.

     

    Cours au moment de l'analyse : 35,21EUR

     

    Bouygues est un conglomérat français actif dans la construction (y compris la maintenance électrique), l’immobilier, les travaux publics (routes), les médias (TF1) et les télécoms (mobilophonie). Il détient aussi une participation dans Alstom.

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 39,18 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 24,99 EUR
Code ISIN FR0000120503
Bourse Paris
Euronext non
Bêta 0,88
Volatilité 26,70 %
Nombre d'actions existantes 354.908.400
Capitalisation boursière (en milliards) 13,80 EUR
Secteur Industries et services divers
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 26.350 EUR
Score corporate governance 4

Chiffres-clés par action (EUR)

2017 (e) 2016 (e) 2015 2014
Dividende 1,60 1,60 1,60 1,60
Bénéfice courant 1,50 1,30 1,19 1,34
Bénéfice net 1,50 2,11 1,19 2,40
Cash flow courant 6,00 5,67 4,36 4,60
Cash flow net 6,00 6,48 4,36 5,08
EBIT 2,70 2,41 1,98 2,44
EBITDA 7,92 7,49 6,33 7,00
Valeur comptable 21,60 21,34 21,19 21,82
Valeur comptable tangible 6,60 6,22 5,95 6,11

Performance (en euros)

Bouygues Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 12,00 % 5,78 % 1,97 %
Rendement sur 6 mois 29,80 % 13,75 % 12,01 %
Rendement sur 1 an 32,30 % 11,93 % 18,66 %
Rendement sur 5 ans 19,40 % 8,61 % 15,71 %

Ratios financiers de la société

2017 (e) 2016 (e) 2015 2014
Pay out - - 136,97 % 63,44 %
Current ratio - - 0,92 0,96
Return on equity - - 5,51 % 6,14 %
Total return on equity - - 5,51 % 10,99 %
Marge brute - - - -
Marge nette - - 1,47 % 3,11 %
Marge EBIT - - 2,05 % 2,40 %
Marge EBITDA - - 6,55 % 6,88 %
Taux d'imposition - - 19,73 % 15,02 %
Gearing - - 26,90 33,24
Fonds propres/total du bilan - - 25,83 % 25,65 %

Données boursières par action

2017 (e) 2016 (e)
Rendement de dividende 4,12 % 4,12 %
Cours/bénéfice courant 25,91 29,90
Cours/cash flow courant 6,48 6,86
Cours/valeur comptable 1,80 1,82
Cours/valeur comptable tangible 5,89 6,25
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 6,70 % -

(e) : estimation

  • Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • La réponse est obligatoire.

    Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Envoyer et Fermer