Dexia

Ce que vous cherchez ne fait plus partie des produits financiers que nous suivons.

Articles

  • Analyse
    Dexia : vente des fractions restantes il y a 3 ans - jeudi 19 mai 2016

    Le 4 mars dernier, les actions du défunt groupe financier Dexia ont été regroupées par lot de 1 000.

     
     
     
     

    Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Dexia regroupe ses actions il y a 3 ans - jeudi 11 février 2016

    Le 4 mars 2016, ceux qui possèdent encore des actions Dexia en détiendront moins, mais leur valeur augmentera proportionnellement.

     

    Afin de limiter la volatilité du titre, le conseil d’administration a décidé de regrouper les actions. Chaque lot de 1 000 actions détenues sera échangé contre une nouvelle action.

    L’actionnaire ne doit rien entreprendre. L’échange sera automatique. S’il ne possède pas un multiple de 1 000 actions, la fraction résultant du regroupement sera versée en espèces.

     

    Cours au moment de l’analyse : 0,033 EUR

     

    Dexia englobe ce qui subsiste du groupe franco-belge spécialisé dans le financement public. Après la nationalisation de l’activité bancaire et assurances en Belgique, il s’agit d’un portefeuille d’obligations (que le groupe est occupé à réduire), d’un portefeuille de crédits toxiques et de filiales bancaires et de services financiers qui seront vendues.


    Partagez cet article

  • Analyse
    Dexia : petit bénéfice il y a 4 ans - lundi 10 août 2015

    Mais rien pour le petit actionnaire.

    Action chère.
    VENDEZ.

     

    Dexia a dégagé un petit bénéfice, le premier depuis sa débâcle en 2011; mais il n’est issu que d’effets comptables et de toute façon, compte tenu de la mainmise réalisée par les autorités belges et françaises en 2012, le petit actionnaire n’en aura rien.

     

    Cours au moment de l’analyse : 0,053 EUR

     

    Dexia englobe ce qui subsiste du groupe franco-belge spécialisé dans le financement public. Après la nationalisation de l’activité bancaire et assurances en Belgique, il s’agit d’un portefeuille d’obligations (que le groupe est occupé à réduire), d’un portefeuille de crédits toxiques et de filiales bancaires et de services financiers qui seront vendues.

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Dexia : acheter, acheter, acheter…??? il y a 4 ans - jeudi 19 mars 2015

    Ces derniers jours, le cours a subi des soubresauts et pris de l'envol?!

    Depuis le début de l'année, sa hausse est de 308 %. Qu'est-ce qui peut bien justifier une telle euphorie?? Rien qui nous incite à spéculer?!
    Profitez-en plutôt pour vous défaire des titres qui vous resteraient encore.
    VENDEZ.

     

    La Banque centrale européenne a ressuscité Dexia. Les spéculateurs misent sur le fait que des taux plus faibles vont lui permettre de se financer à meilleur prix et de revoir à la hausse la valeur de ses obligations en portefeuille. Mais quand bien même cela soulagerait les douleurs, ce n'est pas une raison pour sombrer dans l'euphorie. Dexia est une bombe à retardement, un résidu dont le processus de démantèlement va encore durer des dizaines d'années et qui ne survivra que grâce aux garanties et d'éventuelles injections de capital des États belge et français. Le montant des obligations et crédits présents au bilan et leur danger de défaut de paiement sont toujours un énorme risque. Même si la perte s'est réduite en 2014 et que l'objectif est de sortir du rouge en 2018, il n'y a plus rien à espérer de ce titre, dont la valeur réelle est nulle, voire négative. Si, miraculeusement, il devait y avoir un bénéfice, tout ce qui serait peut-être distribué (dividende), tout comme d'ailleurs le produit d'une liquidation définitive, serait au profit des États belge et français, qui détiennent 94,4 % du capital via des actions préférentielles.

     

    Cours au moment de l'analyse : 0,067 EUR

     

    Dexia englobe ce qui subsiste du groupe franco-belge spécialisé dans le financement public. Après la nationalisation de l’activité bancaire et assurances en Belgique, il s’agit d’un portefeuille d’obligations (que le groupe est occupé à réduire), d’un portefeuille de crédits toxiques et de filiales bancaires et de services financiers qui seront vendues.

     

    Partagez cet article

(E) : estimation

;