D'Ieteren

BE0974259880
60,30 EUR 19/11/2019 00:00 Bruxelles
0,00 EUR (0,00 %) Variation depuis la dernière clôture
32,36 60,70  52 semaines min max
69,92 % Rendement sur 1 an
1,30 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    D’Ieteren confirme ses objectifs 2019 et lance un programme de rachat d’actions il y a un mois - jeudi 26 septembre 2019
    Une bonne nouvelle pour le cours, qui affiche encore une décote sur sa valeur intrinsèque.
     
     
     
     

    Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Que va faire D’Ieteren de son cash ? il y a 5 mois - jeudi 20 juin 2019
    Le flou persiste sur l’affectation de l’énorme trésorerie du groupe. Une incertitude néfaste au cours.
    Que va faire D’Ieteren de son cash ?

    Que va faire D’Ieteren de son cash ?

    Après une bonne année 2018 et un bon 1er trimestre 2019, D’Ieteren a relevé ses attentes pour l’ensemble de l’année. Après les avertissements sur résultats du passé, les nouvelles vont enfin dans le bon sens. Malgré cela, le CEO en place depuis 2013 s’est fait débarquer en avril. De quoi renforcer l’interrogation sur l’affectation de l’énorme trésorerie du groupe (lequel évolue de plus dans des marchés difficiles).
    L’action n’est pas chère. Mais le manque de visibilité risquant de s’éterniser, restez prudents.
    CONSERVEZ.

    1er trimestre encourageant

    Après un bon 1er trimestre, D’Ieteren a relevé ses objectifs 2019 et table à présent sur une hausse du bénéfice d’au moins 25% (hors impôts et éléments non récurrents), contre au moins 10% auparavant. Mais ce ne sera que grâce à l’activité vitrage auto (Belron détenu à 54,1%). Certes, en Europe, Belron a souffert de la douceur de l’hiver. Mais aux USA, ses ventes ont gagné 13,5% (hors effets de change et acquisitions !). Et il semble que sa rentabilité s’améliore. Pour Belron, D’Ieteren prévoit à présent une hausse du bénéfice d’au moins 30% (hors impôts et éléments non récurrents), contre plus de 10% auparavant. L’activité génèrera 40 à 50% du bénéfice total de 2019.

    Pour le reste, les nouvelles sont plus mitigées, mais sans surprise. Dans l’activité distribution auto (D’Ieteren est le distributeur exclusif des marques du groupe VW sur le territoire belge, où il occupe 21,5% du marché), le groupe souffre de la méforme du marché automobile belge (-5,3% sur les 5 premiers mois de l’année). Une méforme due à l’introduction des normes WLTP et à l’attentisme des consommateurs, face à l’évolution des motorisations. Et dans la plus petite activité du groupe, les carnets Moleskine, le chiffre d’affaires du 1er trimestre a reculé de 14,7% (un an plus tôt, il avait profité de commandes B2B exceptionnelles). 

    Les défis restent énormes

    Même si les résultats des 12 derniers mois ont été meilleurs que prévu, les perspectives de croissance sont peu enthousiasmantes pour les deux activités principales (vitrage auto et distribution auto), qui génèrent ensemble plus de 90% du bénéfice (hors impôts et éléments non récurrents). 

    Belron souffre de la concurrence entre assureurs, qui les pousse à faire pression sur les prix. De plus, le marché des pays développés est en déclin structurel : il y a moins de bris de vitre, suite à la baisse de la vitesse et des kilomètres parcourus, au meilleur état général des routes, etc. La rentabilité a un peu grimpé en 2018 et le fera encore en 2019, mais reste de 35 à 40% inférieure au niveau du début de la décennie !

    Dans la distribution auto, la concurrence reste intense et l’avènement de la voiture électrique laisse augurer pour ces prochaines années une nouvelle offensive chinoise. Car si jusqu’ici, les constructeurs chinois n’avaient pas accès aux marchés européen et américain, à cause de la complexité des homologations des moteurs thermiques, le moteur électrique éliminera cette barrière. Aujourd’hui, la Chine absorbe plus de la moitié des ventes mondiales de véhicules électriques. Et son marché est dominé à 90% par des géants locaux (BYD, SAIC, BAIC…). Leurs ambitions internationales ne font aucun doute. Sur le marché belge (mature), on risque donc de voir souffrir les marges opérationnelles, alors que celles-ci sont déjà faibles (3,3% en 2018) et soutenues par les économies de coûts (e.a de marketing) et le fait que le portefeuille de produits inclut une part élevée de voitures chères.

    Diversification

    Conscient des enjeux, D’Ieteren, cherche à se diversifier en dehors du secteur auto. Mais le processus est lent ! Il lui a fallu cinq ans pour réinvestir le produit de la vente du loueur de voitures Avis Europe (dans le rachat de Moleskine, dont les performances sont jusqu’ici décevantes). Et depuis la vente de 40% de Belron (finalisée en février 2018), la trésorerie du groupe atteint ±1 milliard (soit 18 EUR par action !). Deux ou trois acquisitions ont été envisagées en 2018, mais manquées (il y a eu des prédateurs plus offrants). Or, l’affectation de cette somme est déterminante pour l’appréciation du groupe par les investisseurs. Si la somme n’est pas distribuée (en dividendes, rachats d’actions propres…), elle restera la cause d’une très grande incertitude. 

    Grosse décote 

    Malgré nos doutes sur la croissance de l’activité à long terme, l’action ne nous parait pas chère. Car D’Ieteren reste rentable. Pour ces trois prochains exercices, nous prévoyons des bénéfices de 2,50 à 3 EUR par action par an. Son cours est inférieur à sa valeur comptable (estimée à ±50 EUR pour fin 2019). Et le rendement attendu de son dividende est de 2% net. 
    Par ailleurs, considérer que les 54,1% de Belron encore détenus valent toujours 15 EUR par action (comme au moment de la vente des 40%), c’est se montrer très prudent. Car depuis lors, la santé de Belron s’est améliorée. Et si à ces 15 EUR, on ajoute les 18 EUR de trésorerie, on en arrive à 33 EUR. Vu que le cours est de ±38 EUR, cela signifierait que le reste des activités (distribution auto et Moleskine) ne vaut que 5 EUR, soit à peine 3,5 fois leur bénéfice récurrent estimé. 
    La décote du cours par rapport à la valeur intrinsèque est selon nous de 30%. Un niveau exagéré dû au fait qu’on ne sait rien de l’usage futur de la trésorerie, au fait que le groupe soit assimilé à un holding avec trop peu d’interactions entre activités, et dû surtout bien sûr à la disgrâce actuelle du secteur auto.

    Partagez cet article

  • Analyse
    D’Ieteren relève ses objectifs pour l’ensemble de 2019 il y a 6 mois - lundi 20 mai 2019
    C’est grâce à Belron.

    L’action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

    Les bonnes performances de Belron, dont les ventes ont progressé de 12% au permier trimestre (+7.8% sur base comparable) ont permis à D’Ieteren de relever ses objectifs pour l’ensemble de l’exercice 2019. Le groupe table désormais sur une progression d’au moins 25% du bénéfice 2019 avant impôts et éléments non récurrents (contre “une croissance à deux chiffres” précédemment).

    Cours au moment de l’analyse : 36,70 EUR

    Le groupe D’Ieteren est l’importateur belge de marques du groupe VW. Il est aussi actif dans la réparation des vitres auto via Belron (qui englobe e.a la marque Carglass), lequel est détenu à 54,85% (après la cession de 40% des actions en février 2018). Il est aussi présent dans les carnets de luxe et les accessoires d’écriture et de voyage, via Moleskine.

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    D’Ieteren a publié des résultats 2018 de bonne facture il y a 8 mois - lundi 4 mars 2019
    Ils étaient meilleurs que prévu.

    L’action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

    Les ventes 2018 de D’Ieteren ont progressé de 6,9% et son bénéfice avant impôts et exceptionnels de 15,8% sur base comparable. C’est mieux que prévu. Le groupe a gagné des part de marché dans la distribution auto ainsi que dans le vitrage auto. Moleskine a profité d’une bonne fin d’année et du succès de ses produits non-papier (sac, portefeuilles…). Le groupe table sur une nouvelle progression à 2 chiffres de son bénéfice avant impôts et exceptionnels.

    Cours au moment de l’analyse : 33,38 EUR

    Le groupe D’Ieteren est l’importateur belge de marques du groupe VW. Il est aussi actif dans la réparation des vitres auto via Belron (qui englobe e.a la marque Carglass), lequel est détenu à 54,85% (après la cession de 40% des actions en février 2018). Il est aussi présent dans les carnets de luxe et les accessoires d’écriture et de voyage, via Moleskine.

    Partagez cet article

  • Analyse
    D’Ieteren a revu ses prévisions à la hausse il y a un an - vendredi 7 septembre 2018
    Certains facteurs incitent cependant à la prudence.

    L’action n’est pas trop chère, mais les perspectives délicates (déclin structurel du marché du vitrage auto, émergence de la voiture partagée, …) et l’inconnue quant à l’affectation de l’énorme trésorerie incitent à la prudence.
    CONSERVEZ.

    Premier semestre solide

    Soutenu par des performances au-delà des attentes dans la distribution auto et le remplacement de vitrage auto et un régime fiscal plus avantageux chez Moleskine, le bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels a progressé de 17,8 % au 1er semestre.

    Sur un marché belge en progression (+2,6% en volumes), la distribution auto a vu son chiffre d’affaires augmenter de 9,4% grâce à des gains de part de marché et à une montée en gamme des véhicules vendus (toujours plus de SUV). L’effet de levier a alors joué à fond et le bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels a progressé de 31,1%.

    Dans le vitrage auto, les ventes ont bondi de 8,3% malgré les effets de change négatifs (conditions hivernales favorables, gains de part de marché). Grâce aux investissements de ces dernières années, la rentabilité s’améliore, mais l’alourdissement de la dette (refinancement fin 2017) a limité la progression du bénéfice opérationnel avant impôts et éléments exceptionnels à 5,7% sur base comparable, à savoir avant la vente de 40 % de Belron en février.

    Chez Moleskine enfin, qui bénéficie d’un nouveau régime fiscal avantageux lié aux brevets, les ventes rebondissent (+12,5% au 1er semestre), mais la rentabilité reste à la peine. D’Ieteren table désormais, hors cession des 40% de Belron, sur une hausse de 10 à 15% de son bénéfice avant impôts et éléments exceptionnels en 2018, contre +5 à +9% précédemment.

    Deuxième semestre plus faible

    En dehors de l’impact négatif de la vente de 40% de Belron sur l’ensemble 2018, le 2e semestre sera nettement plus faible dans la distribution auto en raison, e.a., de l’introduction de la norme d’homologation WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicule Test Procedure). Au final, nous tablons toujours sur un bénéfice 2018 proche de celui de 2017, soit environ 2 EUR par action.

    Les doutes subsistent

    Au vu des bénéfices attendus et d’un cours largement inférieur à la valeur comptable (48,6 EUR), l’action semble bon marché, mais nous restons prudents. Cette décote de 18% peut en effet se justifier aisément par les craintes entourant l’utilisation du trésor de guerre (953 millions EUR – 17,25 EUR/action !) alors que la seule initiative à ce jour en matière de diversification (Moleskine) reste un échec.

    Cours au moment de l’analyse : 40,08 EUR

    Le groupe D’Ieteren est l’importateur belge de marques du groupe VW. Il est aussi actif dans la réparation des vitres auto via Belron (qui englobe e.a la marque Carglass), lequel est détenu à 54,85% (après la cession de 40% des actions en février 2018). Il est aussi présent dans les carnets de luxe et les accessoires d’écriture et de voyage, via Moleskine.

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 60,70 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 32,36 EUR
Code ISIN BE0974259880
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 0,72
Volatilité 21,39 %
Nombre d'actions existantes 55.302.620
Capitalisation boursière (en milliards) 3,32 EUR
Secteur Secteur automobile
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 2.191 EUR
Score corporate governance 5
Pays Belgique

Chiffres-clé par action (EUR)

2019 (e) 2018 2017 2016
Dividende 0,78 0,70 2,66 0,67
Bénéfice courant 3,48 0,85 2,08 0,92
Bénéfice net 3,48 19,26 2,08 0,92
Cash flow courant 3,91 1,25 2,59 5,88
Cash flow net 3,91 19,66 2,59 5,88
EBIT 5,63 2,11 1,78 2,47
EBITDA 6,06 2,51 2,29 7,53
Valeur comptable 49,04 46,94 28,10 30,09
Valeur comptable tangible 45,49 43,50 24,77 9,96

Performance (en euros)

D'Ieteren Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 37,37 % 9,84 % 8,31 %
Rendement sur 6 mois 59,81 % 6,42 % 9,95 %
Rendement sur 1 an 69,92 % 13,50 % 17,33 %
Rendement annuel moyen sur 5 ans 18,71 % 3,65 % 11,47 %

Ratios financiers de la société

2018 2017 2016 2015
Pay out - - 104,41 % 37,80 %
Current ratio - - 1,06 1,68
Return on equity - - 3,06 % 7,76 %
Total return on equity - - 3,06 % 7,76 %
Marge brute - - 30,89 % 30,92 %
Marge nette - - 0,80 % 2,23 %
Marge EBIT - - 2,07 % 3,89 %
Marge EBITDA - - 6,31 % 6,67 %
Taux d'imposition - - 30,79 % 13,85 %
Gearing - - 15,94 38,81
Fonds propres/total du bilan - - 42,58 % 50,55 %

Données boursières par action

2019 (e) 2018
Rendement de dividende 1,30 % 1,16 %
Cours/bénéfice courant 17,27 70,71
Cours/cash flow courant 15,37 48,08
Cours/valeur comptable 1,23 1,28
Cours/valeur comptable tangible 1,32 1,38
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 4,27 % -

(E) : estimation

;