Spirit Aerosystems

Ce que vous cherchez ne fait plus partie des produits financiers que nous suivons.

Articles

  • Analyse
    Spirit Aerosystems a trop bien grimpé il y a 4 mois - lundi 7 mai 2018
    Nous ne suivrons plus cette action.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Spirit Aerosystems : rendement de 374% depuis notre premier conseil ! il y a 7 mois - mardi 13 février 2018
    L’américain surfe sur le marché très porteur des avions commerciaux.

    Mais l’action a très bien progressé ces dernières années. Au niveau atteint à présent, elle est chère. Prenez votre bénéfice. Nous ne la suivrons plus.
    VENDEZ.

    Le résultat 2017 a crevé ses plafonds, grâce aux achats record des deux principaux clients. Sur l’année, Spirit a équipé 1 651 avions, soit 4,2% de plus qu’en 2016. Des ventes surtout assurées pour le B737 de Boeing et l’A320 d’Airbus. Le bénéfice net (3,04 USD par action) a été pénalisé par une charge non récurrente liée à la renégociation d’un accord sur le Dreamliner de Boeing. Hormis cette charge, il est de 5,15 USD par action, soit un peu supérieur à nos attentes. Quant aux perspectives pour l’année en cours, elles sont tout aussi rassurantes. Compte tenu du niveau record du carnet de commandes (pour 47  milliards de dollars fin 2017), Spirit peut augmenter sa cadence de production, sans menacer sa gestion disciplinée des coûts. Cette activité intense, ainsi que la baisse du taux d’imposition à 22% (réforme fiscale aux USA), permettent de tabler sur de solides bénéfices pour ces prochaines années. Nous relevons dès lors nos prévisions à 5,60 USD par action pour 2018 (contre 5,40 auparavant) et à 6 USD pour 2019 (contre 5,80). Mais le titre est à présent vraiment trop cher.

    Cours au moment de l'analyse : 89,49 USD

    Spirit Aerosystems est une ancienne filiale de Boeing, qui fournit des pièces pour des avions commerciaux (fuselage, ailes enveloppe moteur). Le groupe génère 85% de ses ventes auprès de Boeing. Avec l’achat de l’activité aérostructure de BAE Systems en 2006, il s’est ouvert les portes d’Airbus (±10% de ses ventes). Il équipe aussi des avions régionaux et d’affaires (Bombardier, Gulfstream…).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Après des années de tergiversations, Spirit a conclu un accord avec Boeing il y a un an - mardi 8 août 2017
    Cela a plombé le résultat trimestriel mais aussi balayé pas mal d’incertitudes.

    Le cours vient d’atteindre un sommet et reflète selon nous les perspectives.
    CONSERVEZ
    .

    Spirit est parvenu à un accord avec Boeing, sur une partie du programme de construction du Boeing 787 (surnommé Dreamliner). Spirit consentira des réductions sur le prix de certains composants (fuselage, ailes..). En retour, il pourra équiper jusqu’à 1 400 Dreamliners (l’accord précédent portait sur 1 000). En raison de ces nouvelles dispositions, la résultat du deuxième trimestre a souffert d’une charge exceptionnelle de plus de 350 millions de dollars (2,05 USD par action après impôts), ce qui a entraîné une perte de 0,48 USD par action. Mais dans le même temps, le groupe a relevé sa prévision bénéficiaire 2017 (hors charge non récurrente). Il a aussi relevé son estimation du montant des liquidités qui seront générées sur l’année. Vu les réductions consenties, c’est la preuve que les coûts sont bien maîtrisés. Les bonnes perspectives dont jouit le groupe lui permettent en outre de porter le plafond de son programme de rachat d’actions propres à 1 milliard de dollars (contre 600 auparavant). Compte tenu de ces évolutions, nous tablons désormais sur un bénéfice par action de 3,06 USD en 2017 (contre 4,70 auparavant) et de 5,20 USD en 2018 (contre 5).

    Cours au moment de l'analyse : 71,30 USD

    Spirit Aerosystems est une ancienne filiale de Boeing, qui fournit des pièces pour des avions commerciaux (fuselage, ailes enveloppe moteur). Le groupe génère 85% de ses ventes auprès de Boeing. Avec l’achat de l’activité aérostructure de BAE Systems en 2006, il s’est ouvert les portes d’Airbus (±10% de ses ventes). Il équipe aussi des avions régionaux et d’affaires (Bombardier, Gulfstream…).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Spirit Aerosystems répond à nos attentes. il y a un an - lundi 6 février 2017
    C'est le cas pour le résultat et pour ses perspectives.

    L'action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

     

    Spirit Aerosystems a publié un résultat trimestriel conforme à nos attentes. Il est certes pénalisé par la baisse des livraisons à Boeing. Mais la hausse de régime des programmes d’Airbus a permis d’atteindre les objectifs. Et les perspectives du groupe pour 2017 rejoignent nos attentes.

     

    Cours au moment de l'analyse : 56,05 USD

     

    Spirit Aerosystems est une ancienne filiale de Boeing, qui fournit des pièces pour des avions commerciaux (fuselage, ailes enveloppe moteur). Le groupe génère 85 % de ses ventes auprès de Boeing. Avec l’achat de l’activité aérostructure de BAE Systems en 2006, il s’est ouvert les portes d’Airbus (±10 % de ses ventes). Il équipe aussi des avions régionaux et d’affaires (Bombardier, Gulfstream…).

     

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Spirit Aerosystems : filière aéronautique sous pression il y a un an - vendredi 21 octobre 2016

    L’américain est bien armé pour faire face au ralentissement du marché aéronautique.

    Un ralentissement temporaire selon nous, qui ne remet pas en cause les perspectives à long terme. Au prix actuel, l’action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

     

    Les signes de ralentissement du marché aéronautique se multiplient. Boeing a ainsi annoncé une baisse de son chiffre d’affaires en 2016 et son concurrent européen Airbus a enregistré une baisse de 30 % des commandes pour ses avions commerciaux au 1er semestre. Ces deux constructeurs se partageant 94 % du marché, leur ralentissement se répercute inévitablement sur tous les équipementiers, y compris Spirit Aerosystems pour qui Airbus et Boeing représentent 95 % des ventes. Paradoxalement, ce trou d’air, temporaire selon nous, n’est pas pour déplaire à Spirit qui va ainsi pouvoir combler des retards de production sur certains programmes comme l’A350 XWB, un des plus gros porteurs d’Airbus. Et même si le ralentissement perdure au-delà de 2017, Spirit a les moyens d’y faire face. A commencer par sa trésorerie qui s’élève à plus de 800 millions USD. Nous sommes d’autant plus confiants que son carnet de commandes, qui frise les 47 milliards USD (7 à 10 ans de production), n’a jamais été aussi fourni. Au final, nous tablons sur un bénéfice par action de 3,50 USD en 2016 et 4,30 USD en 2017.

     

    Cours au moment de l'analyse : 48,24 USD

     

    Spirit Aerosystems est une ancienne filiale de Boeing, qui fournit des pièces pour des avions commerciaux (fuselage, ailes enveloppe moteur). Le groupe génère 85 % de ses ventes auprès de Boeing. Avec l’achat de l’activité aérostructure de BAE Systems en 2006, il s’est ouvert les portes d’Airbus (±10 % de ses ventes). Il équipe aussi des avions régionaux et d’affaires (Bombardier, Gulfstream…).

     

    Partagez cet article

Plus

(e) : estimation

×
Dites-nous ce que vous pensez
spirit-aerosystems
Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer