MONOLINES

Les articles consacrés à la crise américaine du subprime parlent régulièrement des monolines. En réalité, il s’agit tout simplement d’un synonyme pour rehausseurs de crédit. Comme nous ne connaissons pas ce genre d’institutions en Europe, nous expliquons une fois encore brièvement ce à quoi elles servent exactement aux Etats-Unis. Concrètement, il est d’usage au pays de l’Oncle Sam que les autorités locales qui émettent des obligations pour financer leur fonctionnement souscrivent simultanément à une assurance auprès d’un rehausseur de crédit ou monoline. Ceci permet alors à de petites autorités locales, souvent peu connues, de convaincre plus facilement les investisseurs d’acheter leurs obligations sans les obliger pour autant à accorder un taux plus élevé. Ces rehausseurs de crédit disposaient en effet le plus souvent, avant l’éclatement de la crise, d’une notation triple A, signe que leur situation financière était particulièrement solide. Autrement dit, les acheteurs des obligations avaient la garantie d’être remboursés en cas de difficultés financières des autorités émettrices des obligations ou même d’impossibilité dans le chef de celles-ci de tenir leurs engagements en matière de paiement des coupons et de remboursement du capital. Suite à la situation précaire sur le marché immobilier américain, même les rehausseurs de crédit ou monolines américains, comme MBIA et Ambac, ont toutefois aussi été pris dans l’œil du cyclone et ont bénéficié de plans de sauvetage leur permettant de couvrir les défaillances de plus en plus fréquentes des émetteurs d’obligations

.