Comment nous testons

Comment nous testons les peintures murales

26 octobre 2017
peinture murale test

26 octobre 2017

Découvrez les détails de nos tests en laboratoire afin de juger de la qualité des peintures murales et la façon dont nous arrivons à évaluer les différents critères établis dans nos tests.

Toutes les peintures murales subissent une série de tests en laboratoire selon des critères précis : adhérence, rendement, durabilité, etc. Nous vous invitons dans les coulisses du labo afin de découvrir certaines des étapes du test qui nous ont permis d’attribuer un score final à une vingtaine de produits.

Résistance au nettoyage

Pour tester la résistance d’une peinture au nettoyage, nous avons peint une plaque que nous avons laissé sécher pendant 28 jours. Nous l’avons ensuite pesée et placée dans une machine qui l’a soumis à 200 cycles de nettoyage à l’éponge. Une fois sèche, notre plaque a été une nouvelle fois pesée pour déterminer le volume de peinture qui a été perdu.

peinture murale test

Adhérence

Le but de ce test était de déterminer si la peinture et son primer adhéraient bien au mur. Pour cela, nous avons peint un mur en gyproc nu, ainsi qu’un mur en gyproc déjà recouvert d’une ancienne couche de peinture. Lorsque les deux murs étaient secs, nous avons taillé dans la peinture une petite surface carrée de manière quadrillée. Nous y avons ensuite appliqué du papier collant pour évaluer la quantité de peinture qui se décollait. Plus il y avait de morceaux de peinture sur le papier collant, plus l’adhérence a été jugée mauvaise.

Tableau - Classification des résultats

Classification

Description

Apparence de la surface taillée où des morceaux de peinture se sont décollés (exemples de six coupes parallèles)

0

Les bords des sections sont complètement lisses; la peinture ne s'est pas détachée de la surface quadrillée.

1

Détachement de petits morceaux de peinture au niveau des intersections des différentes sections. Pas plus de 5% de la surface a été affectée.

Muurverven test

2

La peinture s'est un peu décollée le long des bords et/ou au niveau des points d'intersection des sections. Plus de 5% de la surface a été affectée, mais pas plus de 15%.

Muurverven test

3

La peinture s'est décollée en partie ou en bandes entières le long des bords des sections, et/ou s'est décollée en partie ou complètement sur certaines parties du carré. Plus de 15% de la surface a été affectée, mais pas plus de 35%.

Muurverven test

4

La peinture s'est décollée le long des bords des sections en larges bandes et/ou certains carrés se sont partiellement ou complètement décollés. Plus de 35% de la surface a été affectée, mais pas plus de 55%.

Muurverven test

5

Tout degré d'écaillement qui ne peut être placé dans la classification 4.

-

Taux d’étalage de la peinture

Ici, le but était de déterminer le nombre de couches qu’il fallait appliquer afin d’obtenir un mur au résultat satisfaisant. Pour cela, nous avons étalé la peinture au rouleau sur un panneau vertical doté d’une large bande noire. Un primer a été appliqué au préalable si les instructions le demandaient. Nous avons attendu 24 heures entre chaque nouvelle couche. L’opacité a été jugée totale lorsque la bande noire n’était plus du tout visible. Ce test a permis d’avoir une idée réaliste du nombre de couches nécessaires pour obtenir un résultat satisfaisant.

Rendement

Pour calculer le rendement, nous avons encore une fois travaillé sur base des instructions de l’emballage. Le but du test était, ici, de déterminer le volume de peinture qu’il fallait appliquer par couche, et donc quel était le rendement réel. La peinture a été appliquée au rouleau sur un papier Canson (un papier au grain fin), et le montant de peinture utilisée par m² a ensuite été pesé. Lorsque l’on a combiné cette information avec le nombre de couches nécessaires (calculé dans le test précédent), on a obtenu le volume précis de primer et de peinture qu’il fallait appliquer en réalité, et donc le coût réel par m².

Durabilité face aux UV et à la condensation

Un échantillon peint a été exposé à 4 heures de rayons UV et 4 heures de condensation à 250 reprises. Cela a permis de simuler le vieillissement de la peinture sous l’influence de la lumière du jour et de l’humidité (à laquelle les murs sont parfois exposés dans une salle de bain ou une cuisine). C’est ainsi que l’on a pu évaluer l’état de la peinture après une longue exposition au soleil et à l’humidité.

Facilité d’usage

La peinture et son primer ont été appliqués avec un rouleau de 12 mm sur une dalle en plâtre dotée d’une bande noire. Pendant et après l’application, nos experts ont évalué la facilité d’usage et de répartition de la peinture sur la surface en question. Ils se sont également penchés sur la tendance de la peinture à couler ou à éclabousser. Plusieurs produits ont d’ailleurs montré des problèmes d’éclaboussures, ce qui est relativement normal pour des produits à base d’eau.

Aspect

Nous vérifions bien sûr que l’aspect final du mur soit bon. Nous notons donc si des traces de pinceau ou de rouleau sont encore visibles une fois la peinture sèche, si le fini brillant est uniforme, si de petites bulles apparaissent, etc. Ces différents critères nous permettent d’attribuer une cote finale concernant l’aspect du mur. 

Tout degré d'écaillage qui ne peut même pas être classé selon la classification 4.
Tout degré d'écaillage qui ne peut même pas être classé selon la classification 4.

Imprimer Envoyer par e-mail