Dossier

Jardinage: entretien d'automne

10 décembre 2013
jardin en automne

10 décembre 2013

Comment préparer au mieux vos outils et votre pelouse à affronter l'hiver?

Maintenant que l’été est définitivement derrière nous, votre jardin (et vos outils) ont bien besoin d’un dernier entretien. Quelques conseils vont vous aider.

Un peu d’huile pour le taille-haie

Si vous avez taillé votre haie, la lame doit être nettoyée et enduite d’un peu d’huile. Vous pouvez soit l’asperger d’huile, soit passer un chiffon imbibé d’huile dessus. Beaucoup d’appareils vous permettent également de verser de l’huile dans le manche, de sorte que la lame est huilée quand le taille-haie est rangé. Pour cela, le manche doit pouvoir être pendu verticalement au mur.
Observez attentivement la lame afin de vérifier si elle est bien aiguisée, ou si elle n’est pas abîmée. Après l’entretien, rangez l’appareil dans un endroit sec et à l’abri du gel.

Si vous possédez un taille-haie à essence, vous avez un plus gros travail d’entretien à accomplir: contrôler, nettoyer, ajuster et/ou remplacer la bougie, changer l’huile et nettoyer le filtre à air et le carburateur.
Si votre appareil fonctionne sur batterie, il est conseillé de le décharger totalement de temps en temps, pour ensuite le recharger complètement; cela améliorera ses performances. N’oubliez pas que la puissance de l’appareil peut diminuer en cas de très hautes ou très basses températures ou en cas d’humidité ! Rangez donc votre taille-haie dans un endroit relativement sec et frais.

Cure de chaux, oxygène et azote pour le gazon

Pour savoir de quoi votre gazon a besoin, munissez-vous d’un échantillon de sol. Un kit de test est en vente dans la plupart des centres de jardinage. Si votre sol semble trop acide, répandez un peu de chaux sur votre gazon. La meilleure période pour cela est le mois de mars.

En octobre, vous pouvez éventuellement une dernière fois épandre de l’engrais, par exemple avec un produit spécial automne ou hiver, dépourvu d’azote. Cela permet que le gazon passe bien l’hiver et stimule les racines. Dès que l’hiver sera terminé, à partir du mois de mars, vous pouvez recommencer à nourrir l’herbe, c’est-à-dire en ajoutant de l’azote. Pour cela, vous avez le choix entre des engrais chimiques et des engrais organiques. Les premiers fonctionnent rapidement, car les plantes reçoivent immédiatement la bonne quantité de nutriments. Cependant, ils sont actifs moins longtemps et n’apportent rien au sol.
Les engrais organiques sont eux composés à partir de substances naturelles (végétales et animales), et doivent d’abord être décomposés dans des minéraux avant d’être employés. Ce processus de décomposition se déroule dans le sol, où les éléments qui le composent sont stimulés, ce qui améliore sa structure. Dans le cas des engrais naturels, les nutriments parviennent plus progressivement à l’herbe. A noter également : si vous avez répandu de la chaux, attendez trois semaines avant de répandre de l’engrais chimique. En effet, ces deux substances ne fonctionnent pas bien ensemble, au contraire de l’engrais organique, qui peut être répandu en même temps que la chaux.

Couper et scarifier

Tant que le gazon continue à pousser, vous devez continuer à tondre, même en automne. Cette année, une ou tout plus quelques tontes sont encore à prévoir. La dernière fois que vous tondez, veillez à ne pas couper trop court. Laissez environ quatre centimètres, ou même un peu plus. Pour veiller à ce que le gazon reçoive assez de lumière et d’air, vous pouvez le scarifier, c’est-à-dire « couper » à travers la pelouse et le sol au moyen d’un scarificateur de gazon. Ainsi, vous enlevez la couche qui peut s’être formée à cause des restes de gazon et de la mousse.
Il est préférable de faire cela en automne, mais si le sol a une structure comparable à de la terre glaise ou de la tourbe, si votre gazon est le théâtre de beaucoup de jeux et de passage, ou encore s’il existe des endroits qui devront être resemés, il sera peut-être nécessaire de répéter l’opération au printemps. Enfin, il est également préférable de ramasser les feuilles tombées, car elles rendent le gazon « collant » et plus sensible à la mousse.