Dossier

Moisissures

24 juillet 2007
Moisissures

24 juillet 2007

Le développement de moisissures dans la maison est révélateur d’un taux d’humidité trop élevé et d’une mauvaise ventilation. Attention, certains de ces hôtes peuvent provoquer des problèmes de santé, notamment chez les femmes enceintes, jeunes enfants et personnes âgées. Comment analyser les taches suspectes pour mieux y remédier ?

Quels sont les risques pour la santé ?

Certaines moisissures à l’intérieur des logements peuvent représenter un réel danger pour la santé. Elles peuvent causer des problèmes tels des irritations, l'exacerbation de l'asthme, des réactions allergiques (dermatites, rhinites, bronchites chroniques) et d’hypersensibilité. Des maux de tête, de la fatigue, des pertes de mémoire peuvent également survenir. Les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes âgées, ainsi que celles ayant des problèmes de santé comme des troubles respiratoires ou un système immunitaire affaibli, courent davantage de risques lorsqu’ils sont exposés à ces moisissures.

Comment les détecter ?

La plupart des logements sont contaminés par des moisissures du genre Cladosporium, Aspergillus, Stachybotrys, Penicillium, Alternaria, Chaetomium.
La moisissure peut prendre n’importe quelle couleur : noire, blanche, rouge, orange, jaune, bleu ou violet. Par exemple, le Stachybotrys forme de petites colonies noires à vert-noir.
Une odeur de moisi ou de terre trahira toutefois leur présence. Mais elles n’émettent pas toutes des odeurs. Même en l’absence d’odeur, des taches d’eau, l’humidité ou les signes d’une fuite d’eau témoignent de problèmes d’humidité et la moisissure risque d’apparaître.
Il peut se présenter des taches non imputables aux moisissures. Les taches sur le tapis près des radiateurs électriques, par exemple, sont peut-être dues à la pollution extérieure s’infiltrant dans le logement. Les taches ou les particules de suie peuvent avoir été causées par la fumée de bougie ou de cigarette. De la mousse blanchâtre sur des murs humides peuvent être due au salpêtre, résultant de la cristallisation en surface des sels contenus dans les murs.

Que faire ?

On peut contribuer à éviter leur formation en contrôlant le degré d’humidité, en conservant le logement relativement sec et en réduisant les activités qui produisent beaucoup d’humidité.

  • Aérez 10 à 15 minutes tous les matins et tous les soirs pour faire évacuer l’humidité et ventilez convenablement.
  • Aérez régulièrement vos armoires.
  • Utilisez un thermomètre-hygromètre pour vérifier le taux d’humidité du logement et maintenez-le en dessous de 50 % pour une température de 20°C maximum.
  • Réparez toute infiltration d’eau dans vos murs et plafonds.
  • Utilisez un sèche-linge plutôt que de faire sécher le linge à l’intérieur. Si vous ne possédez pas de séchoir, utilisez une corde à linge à l’extérieur.
  • Lors d’une douche ou un bain, ouvrez les fenêtres de la salle de bain pendant et après ou utilisez un système de ventilation.
  • Mettez des couvercles sur vos casseroles lors de la cuisson de vos aliments.
  • Faites toujours fonctionner la hotte lorsque vous cuisinez.