Dossier

Pollution intérieure

14 juillet 2014
Pollution intérieure

14 juillet 2014

L'air extérieur n'est pas aussi propre qu'il y paraît, mais pour l'air intérieur, le constat est malheureusement encore plus alarmant. Certaines analyses abordables permettent de vérifier si l'air de votre habitation pourrait nuire à votre santé.

Introduction

Depuis 2001, nous mettons tout en œuvre pour informer nos membres au sujet de cette pollution. L'air intérieur n'est en effet rien d'autre que l'air extérieur (déjà pollué) auquel s'ajoutent - une fois entré dans la maison - bien d'autres polluants. Quelques analyses d'environnement intérieur à prix réduits vous permettent de vérifier de manière simple si l'air de votre habitation est contaminé par certains polluants. Vous pouvez ainsi, en tant que consommateur, prendre des mesures immédiates lorsqu'un problème apparaît, de manière à éviter d'éventuelles répercutions sur votre santé.

Bonne isolation, air vicié

L'isolation des habitations est actuellement fortement renforcée en réponse à la hausse incessante des prix de l'énergie. Si une isolation correcte est sans aucun doute une bonne chose, elle n'est pourtant pas sans nuire à la qualité de l'air intérieur. Il est donc essentiel de compenser avec une bonne aération. La première venant à l'esprit est une aération naturelle, en ouvrant tout simplement les fenêtres et/ou portes le soir ou pendant la nuit. Une autre option est un système de ventilation mécanique où l'air intérieur est renouvelé par de l'air extérieur plus frais.
Une bonne ventilation permet à l'air intérieur pollué de quitter l'habitation et d'être remplacé par de l'air extérieur plus frais. L'air plus sain réduira les substances polluantes encore présentes, diminuant par-là le risque d'humidité et de condensation dans l'habitation.

Humidité: problème grave mais facile à éviter

Le degré d'humidité de l'air intérieur a une importance relativement grande. Il s'exprime en pourcent et représente la quantité de vapeur d'eau dans l'air par rapport à la quantité maximale de vapeur acceptable à cette même température. Idéalement, l'humidité de l'air intérieur devrait se situer entre 40% et 60%. Un air trop humide favorise la présence d'acariens et de moisissures. En cas d'humidité insuffisante (moins de 25%), les habitants pourraient souffrir de problèmes de santé comme un assèchement des muqueuses ou des irritations cutanées.

De récentes études ont démontré que près de 45% des habitations européennes sont trop humides. Il n'en reste pas moins que limiter l'humidité n'est jamais qu'une question d'habitude: veillez toujours à sécher les surfaces humides (par exemple dans la salle de bain), utilisez la hotte lorsque vous cuisinez, couvrez vos casseroles, ne mettez pas votre linge à sécher à l'intérieur, installez un déshumidificateur…

Pollution externe

Comme indiqué précédemment, l'air intérieur n'est rien d'autre que de l'air extérieur auquel s'ajoutent des substances polluantes intérieures. L'air extérieur en soi est toutefois déjà fortement pollué par bien des substances comme le monoxyde de carbone, l'oxyde d'azote, le soufre, les particules en suspension, les composants organiques volatiles, l'ozone et le plomb. La plupart d'entre elles proviennent des gaz d'échappement des voitures, usines, appareils de chauffage ou de la production d'électricité.
L'air intérieur est principalement vicié par des activités humaines (la respiration, la préparation des repas, le tabagisme, le bricolage…), ainsi que par la présence d'animaux domestiques.

Qu'en est-il de votre habitation?

Depuis quelques années, nous vous offrons la possibilité de vérifier, grâce à une simple analyse, si votre habitation présente des éléments dommageables pour la qualité de l'air. Pour l'instant, il vous est possible d'opter pour une détection de l'amiante, du formaldéhyde, des moisissures et des acariens. À partir de fin septembre 2014, la détection du radon sera à nouveau disponible. En tant qu'abonné, vous bénéficiez en plus d'une réduction intéressante de 15 à 25%.