Dossier

Comprendre son chauffage central

02 mars 2018
guide achat chauffage

02 mars 2018

Comme la majorité des Belges, vous possédez ou pensez vous tourner vers un chauffage central? Encore faut-il savoir en quoi cela consiste exactement et quelle est l'installation la plus adaptée dans votre cas! Informez-vous pour faire le meilleur choix au moment de comparer les devis d'installation ou de rénovation de votre système.

La chaudière

Différentes possibilités s’offrent à vous au moment de choisir une chaudière.

Au sol ou au mur ?

Les chaudières de sol occupent le volume d’une grande machine à laver et se posent au sol, comme leur nom l’indique. Circulateur et vase d’expansion doivent généralement être prévus séparément.

Les chaudières murales ont l’apparence d’un grand chauffe-bain, se suspendent au mur et comprennent le vase
d’expansion et le circulateur. Le choix de l’un ou de l’autre type dépendra d’abord de la place disponible
dans votre habitation.

La manière dont vous voulez produire l’eau chaude sanitaire peut aussi être décisive: d’origine, la majorité des
chaudières murales peuvent produire de l’eau chaude sanitaire de la même façon qu’un chauffe-bain, ce qui, en
principe, est plus économique qu’un boiler couplé à une chaudière de sol.

Cette dernière solution est toutefois plus confortable, surtout lorsque la salle de bain est éloignée de l’appareil à eau chaude ou lorsqu’il y a deux salles de bain. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il est aussi possible de coupler un
boiler à une chaudière murale. Le confort est alors comparable à celui d’un boiler couplé à un modèle de sol.

C’est votre technicien qui effectue le réglage du circulateur et choisit le vase d’expansion de la bonne dimension, à la bonne pression. En effet, les calculs nécessaires sont affaire de spécialistes.

Avec ou sans cheminée ?

Sur la base du tube d’évacuation des fumées, il existe deux types de chaudières. Les chaudières atmosphériques doivent être raccordées à une cheminée et évacuent l’air en dehors du local où se trouve la chaudière.  

Les chaudières étanches sont à raccorder à deux tuyaux donnant sur l’extérieur, dont l’un sert de prise d’air et l’autre d’évacuation des fumées. Ces tuyaux peuvent être totalement séparés, et il peut s’agir de tuyaux concentriques. La longueur des tuyaux peut être très courte. Soyez attentif à ne pas provoquer de désagréments pour le voisinage en raison d’une sortie mal située. Une évacuation verticale par le toit reste la première option à privilégier.

Les chaudières étanches éliminent à la fois les problèmes d’humidité dans la cheminée et le risque d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) en cas de refoulement. Toutefois, elles coûtent quelques centaines d’euros de plus que les chaudières à cheminée et sont équipées d’un ventilateur qui risque de tomber en panne. Il faut aussi veiller à ce que les fumées rejetées ne puissent incommoder les voisins.

Modèle à condensation ?

Selon la nouvelle directive Eco-design européenne, vous ne pouvez plus acheter, depuis septembre 2015, que des chaudières à basse température très performantes ou des chaudières à condensation. Les chaudières à condensation permettent de récupérer la chaleur des fumées en condensant leur vapeur d’eau. Ce système est surtout connu pour le gaz naturel mais il existe aussi en version mazout. Dans ce dernier cas, l’économie de combustible peut atteindre 7 à 8%. Si l’installation est optimale, l’économie peut même grimper entre 10 et 15% en comparaison avec une nouvelle chaudière classique. Au gaz : 10 à 20%.

Il faut un certain délai pour récupérer l’investissement supplémentaire que représente une chaudière à condensation. Mais vous minimisez l’impact des augmentations de prix de l’énergie.

Quelle puissance ?

Le choix de la puissance est important. En effet, une chaudière mal dimensionnée soit ne permettra pas de chauffer la maison correctement en cas de sous-dimensionnement (c’est rare), soit entraînera un surcoût à l’achat et un gaspillage de combustible en cas de surdimensionnement (c’est plus
fréquent).

En théorie, votre chauffagiste devrait calculer la puissance de la chaudière en fonction de l’isolation de l’habitation. Mais, bien souvent, il utilise des formules simplifiées du genre 50 ou 70 W par m³ à chauffer ou se base tout simplement sur son intuition.

Quoi qu’il en soit, une chose est certaine : se baser sur la puissance de l’ancienne chaudière ou sur la dimension des radiateurs existants n’est pas une bonne solution car l’amélioration de l’isolation ou la pose de doubles vitrages, par exemple, diminue les besoins en chauffage.

Une puissance de 20 à 25 kW est généralement amplement suffisante pour chauffer une maison unifamiliale correctement isolée, même si la chaudière doit aussi produire l’eau chaude. Pour vous donner une idée, à plein régime, une chaudière de 25 kW fournit la même chaleur que 12 radiateurs électriques fonctionnant simultanément.