News

Passage au gaz riche: pas de vérification au prix fort!

26 février 2018

26 février 2018
Dans les années qui viennent, plus d’un million et demi de ménages passeront progressivement du gaz pauvre au gaz riche. Votre chauffagiste vous facturera peut-être bientôt la vérification ou l’adaptation de vos appareils. Mais, dans la majorité des cas, l'opération ne doit pas occasionner de frais. 

Le passage du gaz pauvre au gaz riche est prévu entre 2018 et 2029 pour 1,6 millions de clients. 

Etes-vous concerné? Comment savoir si votre chaudière doit être réglée? Consultez notre dossier Passage du gaz pauvre au gaz riche : les réponses à vos questions.

Vers notre dossier sur le passage vers le gaz riche

Une vérification visuelle suffit souvent

La majorité des appareils au gaz naturel vendus en Belgique depuis 40 ans doivent pouvoir fonctionner parfaitement au gaz pauvre ou riche sans aucun réglage. Une simple vérification de la plaquette signalétique ou de documents suffit généralement à vérifier si c’est le cas de votre appareil.  

Toutefois certaines chaudières à condensation doivent être réglées au gaz riche parce qu'elles ont été illégalement déréglées pour (mieux) répondre à des exigences strictes en matière d'émissions. 

Un peu de clarté svp 

Pour nous, il est clair que les propriétaires de ces chaudières déréglées ne devraient pas payer pour une vérification technique et des réglages puisqu'ils ont acheté un appareil initialement compatible pour les deux gaz. 

D’autre part, nous avons interrogé les autorités au sujet des modalités encore floues de la vérification. Par exemple, la vérification donne-t-elle lieu à un document-type à présenter aux pouvoirs publics? 

Et nous leur avons transmis nos revendications. Nous plaidons pour que le consommateur soit informé sur les appareils concernés et ne paie aucuns frais inutiles. Nous demandons aussi que les autorités luttent contre toutes les pratiques déloyales ou frauduleuses liées à la conversion: examen ou réglage inutile, adaptation, voire remplacement inutile d’appareils. Et qu’elles réagissent face à la problématique des chaudières à condensation illégalement déréglées.