Dossier

Allier une pompe à chaleur à un chauffage classique: une bonne idée?

28 septembre 2020
Chauffage hybride

Vous cherchez à réduire votre facture de chauffage en diminuant votre impact sur l’environnement?  Vous songez à une solution de chauffage hybride ? Notre expert établit pour vous le bilan de tels systèmes et vous renseigne les choses à tenir à l’œil. 

Impact de la température extérieure

Le rendement respectif des systèmes de chauffage n’est pas sans lien avec la météo.

Une pompe à chaleur fonctionne à l’électricité. Elle puise la chaleur hors de l’habitation, dans l’air ou le sol et fait en sorte de restituer cette chaleur à une température plus élevée. De sorte que 1 kWh d’énergie électrique vous peut vous procurer 2 à 4 kWh d’énergie thermique.  

Le rendement (appelé Coefficient of Performance COP) est donc le rapport entre l’électricité que vous y mettez et la chaleur que vous en extrayez. Il dépend de l'écart entre la température de la source à laquelle la pompe puise sa chaleur et la température, le niveau de chaleur, que la pompe est priée de restituer. 

Plus il fait doux à l’extérieur, plus basse est la température d’émission réclamée, au meilleur sera votre rendement. 

Quant au rendement d’une chaudière à condensation, il varie lui aussi quelque peu en fonction de la température extérieure. Mais à l’inverse de la pompe à chaleur, le rendement peut être moindre quand il fait doux alors qu’elle doit s’allumer et s’éteindre plus souvent pour assurer une petite demande de chaleur. Elle aura un rendement maximal à température moyenne, quand elle peut condenser au maximum. 

Quelle que soit la pompe à chaleur choisie, celle-ci fonctionnera plutôt à la mi-saison et laissera la chaudière ou le chauffage électrique prendre le relais quand la production de chaleur n’est plus suffisante. 
 
Le rendement d'un chauffage électrique classique est revanche toujours égal, quelle soit la température extérieure.