Dossier

Allier une pompe à chaleur à un chauffage classique: une bonne idée?

28 septembre 2020
Chauffage hybride

Vous cherchez à réduire votre facture de chauffage en diminuant votre impact sur l’environnement?  Vous songez à une solution de chauffage hybride ? Notre expert établit pour vous le bilan de tels systèmes et vous renseigne les choses à tenir à l’œil. 

L’investissement est-il rentable?

Les éventuels gains de consommation valent-ils l’investissement dans une solution de chauffage hybride?

C’est très clair pour la solution avec une composante de chauffage électrique classique. Vous aurez toujours avantage à hybrider ce type de chauffage et à ne l’allumer qu’en cas de manque de puissance de la pompe à chaleur. Le gain est tel que l’on peut assez rapidement amortir l’installation d’une pompe à chaleur air/air. Selon la grandeur et l’isolation du bâtiment, un gain de 1000 à 2000€ par an permet de récupérer l’investissement dans les 2 à 5 ans, à condition que vous n’abusiez pas de la fonction clim en été (qui diminuera votre gain).

La réponse est tout aussi tranchée pour l’ajout d’une pompe à chaleur à du chauffage central avec chaudière (gaz ou mazout): aux prix actuels des différentes énergies, ce n’est pas rentable. Les gains de consommation ne permettent pas d’amortir les milliers d’euros investis. 

Attention, il ne s’agit pas d’un verdict sans appel. L’électricité (tarif normal) est aujourd’hui en moyenne 4x plus chère que le gaz et le mazout dont les prix sont au plus bas depuis 15 ans. Mais les prix évoluent. Et l’hybridation chaudière/PAC pourrait redevenir économiquement intéressante dès que le prix de l’électricité est en deçà du triple du prix de l’énergie fossile considérée.

Remarque importante: nos estimations sur les systèmes hybrides ne veulent pas dire que la pompe à chaleur seule n’est jamais rentable. Dans ce cas, il n’y a plus de système classique et le calcul de rentabilité est différent. Idéalement, mieux vaut alors une maison bien isolée peu gourmande en chauffage, de préférence, à basse température. Les bâtiments peu ou moyennement isolés rendent économiquement peu attrayante l’utilisation exclusive d’une PAC pour chauffer toute l’année.

Hiver plus doux et confort thermique en été

Au-delà d’une rentabilité financière directe… Le réchauffement climatique a et aura vraisemblablement comme impact de diminuer les périodes froides et la demande globale de chauffage tout en accroissant les besoins de refroidissement. Tout avantage pour les pompes à chaleur qui peuvent aussi améliorer votre confort thermique en été.
Si vous installez une climatisation pour refroidir l’une ou l’autre pièce, il sera sans doute intéressant en mi-saison de ne pas allumer votre chaudière et d’utiliser le climatiseur en position chauffage. Même si, aux prix actuels, l’économie sera modeste.

Profiter de futurs tarifs dynamiques

Notez que la pompe à chaleur d’un système avec chaudière peut être activée pour absorber le surplus d’électricité venant d’une production locale (panneaux PV – voir ci-après) ou provenant du réseau (en cas de forte production solaire et éolienne, par exemple). Avec, dans ce dernier cas, de probables économies à la clé pour les propriétaires de système hybride si les fournisseurs d’énergie proposeront proposent des tarifs « dynamiques ».  

Une tarification dynamique pourrait, en effet, se développer en conséquence de l'évolution du modèle de production incluant davantage d'énergies renouvelables, notamment d’origine éolienne et solaire. Dépendante du vent et du soleil, la production de ces énergies est par essence intermittente et impacte à la hausse ou à la baisse l'offre d'électricité. Des fluctuations qui peuvent être absorbées par des mécanismes de stockage, ou tarifaires en encourageant les ménages à déplacer, grâce à des prix plus bas, leur consommation à des moments où il y a abondance d’énergie disponible. 

A l'inverse, les détenteurs de système hybride pourront débrancher leur pompe à chaleur pour éviter une tarification (dynamique) plus élevée accompagnant les pointes de consommation sur le réseau quand la production d’électricité renouvelable est basse.

Eviter les pics de consommation et une future tarification capacitaire plus coûteuse 

En cas d’hybridation avec un chauffage électrique, puissance et consommation d’électricité sont, on l’a vu, réduites grâce à l’utilisation plus efficace de l’électricité par la pompe à chaleur. De quoi limiter les pics de consommation quand le chauffage doit fonctionner en même temps que d’autres appareils gros consommateurs d’électricité. Et éviter du même coup une plus lourde facturation alors qu’une tarification capacitaire est annoncée en Flandre pour 2022.

Avec des panneaux solaires

Si vous disposez de panneaux solaires, vous aurez de plus en plus intérêt à consommer directement l’électricité produite dès lors que l’avantage du compteur qui tourne à l’envers (« la compensation ») disparaît, partiellement ou complètement. Même si en hiver la production d’électricité photovoltaïque chute drastiquement, il existe encore des pointes quelques heures par journée ensoleillée pendant lesquelles une pompe à chaleur peut utiliser le surplus de courant non autoconsommé par les autres appareils. En dehors de ces heures, la chaudière peut prendre le relais à moins que le prix du chauffage par PAC soit encore inférieur et justifie son utilisation