Dossier

Détecteurs pour éviter les catastrophes

20 décembre 2019
CO

Détecter la fumée ou le CO à temps dans votre habitation, c’est se ménager la possibilité de réagir à des incidents aux conséquences potentiellement dramatiques. Les détecteurs de fumée sont en outre obligatoires. Dans la perspective de ne jamais avoir à subir leur déclenchement, voyez aussi et surtout nos conseils de prévention.  

Détecteurs de CO

En cas d’intoxication

Comment reconnaître une intoxication au CO ? Ce qui ressemble d’abord à un début de grippe évolue vite vers quelque chose de plus grave…

  • En cas d’intoxication légère au CO, des symptômes vagues se manifestent au début : maux de tête, faiblesse, fatigue, nausée…
  • La victime a parfois les joues rouges. Ne vous méprenez pas : ce n’est pas un signe de bonne santé !
  • Autre symptôme : un comportement confus et désorienté. Si la victime est âgée, ne concluez pas trop vite à l’infarctus ou à la démence !
  • Une exposition prolongée provoque des difficultés respiratoires et de la tachycardie, et pour finir une perte de conscience. La victime peut être prise de convulsions, suivies d’un arrêt cardiaque et respiratoire.

Avez-vous remarqué des symptômes vagues qui pourraient indiquer une intoxication au CO? Aérez la pièce rapidement, éteignez l'appareil suspect et contactez un professionnel pour faire contrôler le matériel.

Premiers soins en cas de grave intoxication

Que devez-vous faire si vous trouvez quelqu'un qui peut avoir une intoxication au CO?

  • Ouvrez vite toutes les portes et les fenêtres et désactivez l’appareil dangereux. Évacuez la victime.
  • La victime est encore consciente ? Emmenez- la à l’hôpital ou appelez une ambulance ou un médecin.
  • La victime est inconsciente ? Couchez-la sur le flanc. Appelez immédiatement le 112 et signalez clairement qu’il s’agit d’une intoxication au CO !
Nos principaux conseils pour éviter une intoxication au CO
Apport d’air frais
Il faut bien oxygéner son intérieur. Placez une grille d’aération dans les petites pièces (salle de bain...) où vous utilisez un appareil à flamme : dans la partie basse de la porte et la partie haute des murs. Les grilles doivent faire au moins 150 cm² et ne peuvent être obturées. Nettoyez-les régulièrement. Vous avez un appareil sans évacuation vers l’extérieur ? Laissez toujours une porte ou une fenêtre entrebâillée lorsque vous l’utilisez. Ne bloquez en aucun cas les ouvertures qui assurent une aération naturelle.

Une bonne cheminée
La cheminée sert à évacuer les fumées à l’extérieur. Les dépôts de suie, les nids d’oiseau, les pierres, les feuilles, etc., peuvent réduire son tirage. Faites donc ramoner et vérifier votre cheminée une fois l’an ou, si vous utilisez le gaz, tous les deux ans. Autre point important : la cheminée a-t-elle les dimensions adéquates ? Elle doit être suffisamment haute et droite et son diamètre adapté à l’appareil qui y est raccordé. Dans les maisons anciennes, la cheminée ne convient pas toujours au chauffage au gaz. Par ailleurs, le conduit doit être bien isolé. Sachez aussi que vous ne pouvez jamais raccorder deux appareils sur la même cheminée !

Utilisez le bon appareil
Un petit chauffe-eau de 5 l sans évacuation de fumée convient aux éviers et aux lavabos. Il est risqué d’y raccorder une douche ou une baignoire ! Vous avez besoin pour cela d’un appareil plus puissant. Vous voulez chauffer une pièce ? Les poêles d’appoint ne sont pas faits pour brûler des heures. N’utilisez- les qu’avec parcimonie et pas pendant votre sommeil ! Ne vous chauffez pas avec un seau rempli de charbon de bois incandescent (eh oui, certains le font…). Quant au barbecue, laissez-le à l’extérieur.

Laissez un professionnel l’installer
Quel que soit votre appareil de chauffage, faites-le installer par un professionnel. La facture constitue la garantie que l’appareil est sûr et conforme aux normes légales. L’appareil cesse de fonctionner ? Ne le forcez pas ! Sachez que les appareils modernes se mettent hors service dès que l’air contient trop de CO.

Un entretien régulier est de toute façon indispensable et, pour les installations de chauffage central, c’est même une obligation légale. Une chaudière à gaz doit être vérifiée au moins tous les trois ans (en Wallonie et à Bruxelles) ou tous les deux ans (en Flandre). Les chaudières au mazout, au charbon, au bois ou aux pellets doivent être contrôlées au moins une fois l’an.

Vous êtes locataire ? L’entretien des appareils, mais aussi de la cheminée vous incombe. De temps en temps, vous pouvez effectuer le "test de la flamme" sur les appareils qui le permettent : une flamme bleue est bon signe, tandis qu’une flamme jaune orange dénote un risque de CO…
 

On ne le sent pas, on ne le voit pas, mais il n’est pas sans effet. Le monoxyde de carbone provoque maux de tête, nausée, évanouissement, jusqu’à causer la mort de ceux qui le respirent. Chaque année en Belgique, le CO est ainsi responsable d’une trentaine de décès et d’environ 15000 intoxications. 

Le monoxyde de carbone résulte du fonctionnement inadéquat d’appareils à gaz, à bois, à charbon, à l'essence, à mazout ou encore à l'éthanol. En cas de combustion incomplète dûe au manque d’oxygène, ces appareils produiront de dangereux dégagements de C0. Parmi les causes possibles : la mauvaise évacuation des gaz de combustion, un apport d’air frais insuffisant, le manque entretien des appareils,… Un temps froid et le brouillard accroissent encore les risques en diminuant le tirage des cheminées.

Détecteur de CO : attention au faux sentiment de sécurité

Pour autant qu’il soit efficace et placé au bon endroit, un détecteur de CO peut sauver des vies.
Le hic, c’est que lors de notre dernier test, tous ne se sont pas montrés fiables. L’un d’eux ne décelait que de manière aléatoire les concentrations de CO. En outre, ces détecteurs ont une durée de vie  limitée (max. 5 ans) et on risque d’oublier de les remplacer en temps utiles.

Rappelez-vous enfin que même si l’alerte est donnée, les émanations de CO sont dangereuses pour la santé et peuvent affecter rapidement des personnes fragiles, déjà malades ou incapables de se déplacer. 
Pour fixer les idées, il ne faut que 40 minutes pour obtenir une concentration mortelle de CO dans une pièce sans ventilation, ni évacuation, à partir d’un petit chauffe-eau. Avec un appareil plus puissant ou défectueux, l’intoxication peut être beaucoup plus rapide encore. 

Le seul véritable Maître-Achat que nous vous recommandons, dans ce cas-ci, c’est… la prévention que nous abordons ci-après. Les détecteurs ne peuvent intervenir qu’en complément du comportement rigoureusement adéquat des détenteurs d’appareils à risque.

Fonctionnement

Les détecteurs réagissent au monoxyde de carbone via une cellule électrochimique qui déclenche une alarme sonore dès que la concentration du gaz dans l'air dépasse un certain seuil pendant un temps prédéfini. Ils n’agissent évidemment pas sur la source de CO. Des voyants de couleur signalent quand l’alarme est déclenchée (rouge) et quand l’appareil connait une défectuosité (jaune). Un signal sonore indique également quand il est temps de remplacer les piles.

Alimentation

Tous sont alimentés par piles. Renouvelez-les régulièrement.

Prix

Les prix de ces détecteurs démarrent autour de 25 €. La modicité du prix ne s’oppose pas à l'efficacité.

Labels et normes de conformité

Même si ce n’est pas une garantie absolue, l’expérience nous a montré que les appareils portant à la fois la référence à la norme européenne EN 50291 et au label britannique Kitemark présentaient la qualité minimale requise.

Où placer le ou les détecteurs? 

Idéalement dans toutes les pièces où est installé un appareil à combustion : salle de bain, cuisine, living, garage…

Certains fabricants conseillent de placer leurs détecteurs au mur, à une hauteur d’1,50 m. Pourtant, c’est au niveau du plafond que la concentration de CO est la plus importante. Fixez-les donc aussi haut que possible, en veillant à ce que les voyants lumineux restent bien visibles. Evitez la proximité immédiate des portes, fenêtres et autres sources de ventilation. Ne les placez pas non plus juste au-dessus des appareils à combustion.

Entretien et contrôle

Lisez toujours le mode d’emploi de votre détecteur et testez-le aussi souvent que recommandé. Si le test n’est pas concluant, vérifiez que le détecteur-avertisseur est propre, sans poussière et contrôlez l’état des piles. Celles-ci doivent être impérativement remplacées lorsque l’appareil émet le signal sonore de pile faible. 
Nettoyez régulièrement l’extérieur du détecteur avec une brosse douce. N’utilisez jamais d’eau, de détergeant ou de solvant pouvant endommager l’appareil.
 
Community