Guide d'achat

Quel airco choisir?

26 mai 2021
airco refroidir l'habitation

Si vous avez épuisé tous les trucs pour éviter que votre maison devienne un véritable four, l’airco est votre ultime planche de salut. Vous pouvez opter pour un appareil mobile, mais il a ses limites. Une installation fixe vous assurera une fraîcheur confortable.

Critères de choix

De nombreux critères sont à considérer pour choisir un climatiseur adapté. Voici un aperçu.

Combien de pièces souhaitez-vous refroidir en même temps?

Un appareil monobloc est destiné à refroidir une seule pièce. Mais comme ce poids lourd de 20 à 35 kg est généralement sur roues, vous pouvez le déplacer d'une pièce à l'autre sur un même étage.

Une installation de climatisation fixe se compose généralement d'une unité intérieure et d’une unité extérieure. Les dispositifs dits multisplit permettent à l'unité extérieure de contrôler plusieurs unités intérieures pour refroidir plusieurs pièces en même temps, par exemple le salon et la chambre à coucher.

Comment la chaleur est-elle évacuée?

Un appareil monobloc aspire l'air de la pièce, refroidit une partie de celui-ci et le déshumidifie avant de le relâcher dans la pièce. Un autre flux d'air évacue la chaleur vers l'extérieur à l’aide d’un tuyau flexible d'un diamètre de 12 à 15 cm. Vous le faites généralement passer par une fenêtre entrouverte, parfois par une ouverture dans le mur.

Certains climatiseurs mobiles sont fournis avec une sorte de plaque adaptable laissant passer le tuyau d’évacuation et fermant autant que possible l’ouverture de la fenêtre nécessaire à son passage. Vous pouvez également acheter des kits d'étanchéité séparés à base de toile dans le commerce. Sachez cependant qu’il est difficile de fermer complètement cette ouverture. En outre, l'air évacué doit être remplacé par de l'air extérieur neuf, généralement plus chaud… qui devra à son tour être refroidi par le climatiseur.

Dans un système de climatisation fixe où les unités sont reliées par un mince tuyau à travers lequel le liquide de refroidissement circule et qui passe à travers le mur, la fenêtre peut rester parfaitement fermée. Ce qui règle la question du flux d’air entrant intempestif.

Comment l’installer?

L’installation d’un airco mobile d’un seul bloc est aisée : il suffit de mettre la fiche dans la prise. Et, quand il est en fonctionnement, d’entrouvrir la fenêtre pour y faire passer le tuyau souple d’évacuation d’air chaud. Mieux vaut alors faire en sorte d’obturer autant que possible l’ouverture de la fenêtre avec un tissu, ou trouver une plaque avec une ouverture circulaire par où faire passer le tuyau.

L’airco fixe nécessite l’intervention d’un professionnel comme il comprend une unité extérieure et une unité intérieure, raccordées par un tuyau relativement fin où circule un liquide réfrigérant qui évacue la chaleur de la maison. Il faut percer un trou dans le mur pour faire passer le tuyau. Pour évacuer l’eau de condensation, il faut connecter l’appareil à l’évacuation d’eau de la maison ou évacuer l’eau par l’extérieur.

Les unités intérieures sont généralement placées en haut du mur. D’autres sont aménagées dans le (faux) plafond. On peut aussi se tourner vers des ventilo-convecteurs, surtout si l’airco peut servir de chauffage.

Pour les aircos fixes, les fabricants renseignent une longueur et une hauteur maximales entre l’unité intérieure et l’extérieure. Tenez-en compte au moment de décider à quel endroit de la maison ou du jardin vous allez placer l’unité extérieure. Si vous ne pouvez pas respecter cette distance, peut-être devrez-vous installer deux unités extérieures.

Si vous trouvez que l’unité extérieure enlaidit votre jardin, vous pouvez l’encastrer, mais en prévoyant un cache suffisamment ajouré pour ne pas gêner le fonctionnement du ventilateur.

Quoi qu’il en soit, il vaut toujours mieux s’informer auprès de la commune ou de la ville des règles particulières éventuelles sur l’installation d’un airco. Si vous habitez un appartement, vérifiez aussi s’il ne faut pas l’accord de la copropriété.

Enfin, ne perdez pas de vue le bruit que votre airco peut infliger à vos voisins.

Quelle puissance est requise?

Afin de choisir la bonne puissance, de nombreux paramètres jouent un rôle, tels que l'orientation et le volume de la pièce, le nombre de m² de surface vitrée, la présence d'isolation et de stores, etc.

Comme l’airco fixe doit être installé par un professionnel, ce dernier pourra vous faire le calcul précis. Il n’est cependant pas inutile de vous faire vous-même une idée de la puissance requise.

A la grosse louche, vous devez compter 45 W de puissance de refroidissement par m³. Il vous faudra encore ajouter 300 W par m² de surface vitrée orientée au soleil. Le tableau ci-dessous vous propose quelques exemples.

QUELLE PUISSANCE POUR QUELLE PIECE ?
 TYPE DE PIECE

DIMENSIONS
(l x L x h en m)

VOLUME (m³)  VITRAGE ORIENTE AU SOLEIL (m²)  PUISSANCE REQUISE (kW) 
 PETITE CHAMBRE  3 x 2,5 x 2,4 m  18  1.5  1.3
 GRANDE CHAMBRE  4, 3,5 x 2,5 m  35  3  2.5
 SALON  5 x 4 x 2,5 m  50  4  3.5

Nos tests montrent que les climatiseurs mobiles ne fournissent pas toujours la puissance maximale spécifiée. En moyenne, vous pouvez déduire 10%, voire 20% pour certains appareils. Il vaut donc mieux prendre un peu de marge si vous envisagez l'achat d'un climatiseur. Ce constat n’est pas valable pour les aircos fixes ; ceux-ci atteignent généralement la puissance annoncée.

Ne confondez pas cet indicateur avec la puissance électrique de l'appareil (pour les monoblocs, entre 700 et 1500W).

Attention, parfois, la puissance est indiquée en BTU/h (British Thermal Unit per hour). Vous devez diviser ce nombre par 3412 pour convertir la puissance en kW.

Airco mobile et fixe ont-ils la même performance ?

Non, loin de là ! Et c’est entre autres dû au fait que l’appareil mobile nécessite l’ouverture de la fenêtre pour évacuer l’air, qui est ensuite remplacé… par de l’air chaud. Ce n’est pas le cas avec un airco fixe.

Outre le fait que l’installation fixe ne provoque pas de flux d’air chaud, elle est aussi intrinsèquement plus performante. En pratique, nos tests démontrent que son rendement est (au moins) deux fois supérieur.

Quel label énergétique privilégier?

Les appareils monoblocs, comme tous les appareils de chauffage ou de refroidissement, reçoivent un label énergétique. Ils affichent généralement un A et parfois même un A + ou A++. Cela semble indiquer qu’ils sont énergétiquement performants. Ce qui est faux.

Si vous comparez un appareil monobloc A+ avec un modèle fixe (split) présentant le même label A+ (rare parce qu’ils sont souvent au minimum A++), vous constaterez que le coefficient d'efficacité frigorifique (annoncé) ou ce qu'on appelle (S)EER diffère considérablement. Et un SEER est un chiffre qui se calcule sur base d’une saison entière (moyenne saisonnière), tandis que l’EER est un maximum.

De quel rendement ou EER tenir compte?

Nous avons testé les appareils dans un état normalisé avec des températures extérieure et intérieure de 35°C. L'EER – qui signifie Energy Efficiency Ratio - d'un climatiseur mobile oscille alors entre 2 et 3. Plus le chiffre est grand, meilleure est l'efficacité bien sûr. La valeur EER d'un climatiseur mobile dépend de la température extérieure et intérieure, ainsi que de l'humidité. En ce sens, vous devriez lire l'EER d'un climatiseur mobile comme un chiffre maximum.

Pour les climatiseurs splits fixes de notre test, l'EER varie entre 4 et 6. C’est dire s’ils fonctionnent mieux que les climatiseurs mobiles. De plus, leurs performances restent assez stables tandis que celles d'un climatiseur mobile diminuent à mesure que la différence de température entre l'extérieur et l'intérieur augmente.

Vous pouvez toujours trouver l'EER ou le SEER sur l'étiquette énergétique de l'appareil. Sachez néanmoins que nos résultats de test pour les climatiseurs mobiles. Ils fournissent une indication plus fiable des performances énergétiques globales de ces appareils.

Font-ils beaucoup de bruit?

Le grand avantage d’un airco fixe, c’est que l’essentiel du bruit reste dehors, car c’est surtout l’unité extérieure qui est bruyante. En fermant la fenêtre, cela ne vous gênera pas beaucoup. Si vous (ou votre voisin) êtes quand même dérangé par le bruit, vous pouvez placer un coffret insonorisé autour de cette unité. Selon les tests de nos collègues néerlandais de Consumentenbond, on peut ainsi faire baisser le bruit de 5 à 9 dB(A), ce qui n’est pas négligeable. A noter que l’unité extérieure est toujours fixée sur des silent-blocs souples pour absorber les sons et les vibrations.

Le bruit des unités intérieures est supportable. En outre, elles peuvent également fonctionner en mode silencieux, à une moindre puissance et avec un volume sonore réduit de moitié, pour ne pas troubler exagérément votre sommeil.

Ce mode silencieux est souvent en option également sur les aircos mobiles. Mais on peut alors se demander s’il permettra de maintenir une fraîcheur suffisante, puisqu’il y a toujours de l’air chaud qui rentre. Et, quand l’appareil tourne à pleine puissance, le bruit de l’appareil risque d’être dérangeant.

A quoi viennent s’ajouter le coût de l’installation elle-même, soit encore quelques centaines d’euros. Ce travail ne devrait pas prendre plus d’une journée.

Combien coûte un climatiseur?

Un airco mobile coûte généralement entre 250 et 900 €.

L’installation d’un airco fixe nécessite un investissement encore plus sérieux. Pour l’appareil lui-même (1 unité extérieure et 1 unité intérieure) comptez entre 1 000 et 2 000 €, hors TVA. La TVA sera de 6 % ou 21 %, selon que l’habitation est âgée de plus ou moins de 10 ans.

Comptez encore 300 à 600 € par unité intérieure supplémentaire.

A quoi viennent s’ajouter le coût de l’installation elle-même, soit encore quelques centaines d’euros. Ce travail ne devrait pas prendre plus d’une journée.

Quelle consommation d'énergie?

Le coût de fonctionnement d’une installation fixe est sensiblement inférieur à celui d’un appareil mobile. Une nuit de fonctionnement de l’airco dans la chambre à coucher coûte à peine 0,40 € en électricité, alors qu’un airco mobile consommera le triple.

Dans l’ensemble, les coûts d’utilisation restent limités et ne devraient pas vous empêcher de dormir. Mais le confort d’un airco, surtout d’un fixe, invité à le faire tourner plus souvent, même pendant la journée. Ce qui peut faire grimper ses coûts d’utilisation à plusieurs centaines d’euros par an.

Les propriétaires de panneaux solaires peuvent ainsi valoriser leur (sur)production d’électricité les jours de grand soleil en alimentant leur airco. Et c’est justement pendant ces journées-là qu’ils ont le plus besoin de fraîcheur. Cela leur permet d’augmenter leur autoconsommation, ce qui est d’autant plus intéressant s’ils disposent déjà d’un compteur numérique.

Quels accessoires ou options rechercher?

Mode « ventilateur »: la plupart des climatiseurs mobiles peuvent fonctionner comme un ventilateur uniquement, donc sans refroidissement. De cette façon, vous n'avez pas à suspendre le gros tuyau des aircos mobiles à la fenêtre si la chaleur dans la maison est toujours supportable et qu'une sensation de refroidissement est suffisante.

Filtre: tous les appareils mobiles ont un filtre, généralement en plastique lavable. Ces filtres ne purifient pas l'air, mais retiennent les grosses particules de poussière et empêchent que le ventilateur s’encrasse.

Déshumidification: bien sûr, vous n'achetez pas de climatisation pour déshumidifier, mais cela peut dépanner. Nous vous déconseillons cependant une utilisation permanente. Il vaut mieux assurer une bonne ventilation de l’habitation et éviter de produire trop d'humidité.
Lors de la déshumidification, certaines unités monoblocs évacuent l'humidité via un tuyau de décharge. Pour d'autres, vous devez vider régulièrement le collecteur d'eau. Sachez que le réservoir n'est généralement pas amovible, ce qui n'est pas pratique.

Liquide de refroidissement: le liquide de refroidissement contenu dans les climatiseurs mobile est désormais généralement du R209, un gaz propane qui a un effet de serre beaucoup plus faible que le gaz R410A largement utilisé auparavant. L’effet de serre du gaz R209 est 700 fois moins important que celui du R410A.

Les aircos fixes pour habitations contiennent généralement du gaz R32. Le gaz R410A est en voie de disparition, ce qui est une bonne chose parce que l’effet de serre du gaz R32 est presque 6 fois moins important quand il est libéré dans l’atmosphère. Tandis que les performances des appareils au gaz R32 sont au moins équivalentes, voire supérieures, à celles des aircos au gaz R410A.

À la fin de leur durée de vie, vous ne devez pas simplement jeter ces appareils; ils doivent être recyclés d'une manière spécifique.

Quel entretien est nécessaire ?

Avec un airco fixe, on peut se contenter d’épousseter l’unité extérieure et de la nettoyer ensuite avec un chiffon mouillé et un produit de nettoyage universel. Si les grilles sont sales et bouchées par la poussière et des feuilles mortes, dégagez-les avec un aspirateur pour libérer les flux d’air et assurer un fonctionnement efficace.

Avec les unités intérieures et les appareils mobiles, nettoyez les grilles et les filtres avec un aspirateur ou un chiffon humide. En cas d’usage intensif, nettoyez les filtres une fois par mois : cela améliore la qualité de l’air et cela réduit la consommation. Il est généralement possible de détacher les filtres pour les nettoyer à l’eau chaude avec un soupçon de produit nettoyant. Séchez-les bien avant de les remettre en place. Contrairement à l’airco centralisé des espaces de bureaux, les aircos domestiques ne risquent pas de disséminer de micro-organismes pathogènes dans l’habitation, pour autant que vous entreteniez normalement votre installation.

Le professionnel qui installe votre airco fixe doit veiller à son bon réglage et au niveau correct du réfrigérant. Demandez-lui de vérifier ce niveau chaque année, ou au moins tous les deux ans. Toute modification de pression, voire une fuite, peut nuire aux performances de l’appareil. C’est un technicien qui doit se charger de l’intervention.