News

Passage au gaz riche: ce qu’il faut savoir

31 juillet 2020
gaz riche

Votre gestionnaire de réseau vous a informé d’une modification concernant votre approvisionnement en gaz? Pas de panique. C’est sans conséquence pour la plupart d’entre vous. Explications.

Notre pays est approvisionné en gaz dit “riche”, à haut pouvoir calorifique, provenant notamment du Qatar ou de Norvège, et en gaz dit “pauvre”, à bas pouvoir calorifique, provenant des Pays-Bas. Or, les autorités néerlandaises réduisent leurs exportations, pour les arrêter totalement en 2030.

Impacté ? 

Si vous habitez Bruxelles, les provinces d’Anvers, du Limbourg, du Brabant flamand ou du Brabant wallon, ainsi que quelques communes dans les provinces de Liège, du Hainaut et de Namur, vous êtes vraisemblablement concernés. Pas de panique pour autant!

Rien à faire

Dans la plupart des cas, vos appareils (chaudière, chauffe-eau, cuisinière, convecteur, ...) accepteront le changement de type de gaz sans devoir faire l’objet d’une adaptation ou d’un réglage. Tout appareil vendu sur le marché belge depuis 1978 est prévu pour fonctionner aux deux gaz sans devoir modifier une seule pièce.

Sauf exception

Certains appareils plus vieux ou achetés à l'étranger et non prévus pour notre réseau peuvent ne pas être adaptés: dans ce cas, peut-être faudra-t-il  changer des pièces, voire les remplacer. 
Certaines chaudières peuvent aussi avoir été déréglées lors de la mise en service ou lors d'un entretien pour répondre aux exigences d'émission "PEB" avec du gaz pauvre. 
Dans ce cas, ou en cas de doute, mieux vaut en parler avec votre chauffagiste. 

En pratique

Pour la majorité des appareils devant être réglés, l’intervention pourra avoir lieu après le changement, soit rapidement pour quelques rares appareils, soit dans l’année pour les autres. 
Il sera souvent possible d’effectuer cette démarche en même temps que l’entretien de la chaudière.

Pour en savoir plus

Dans notre dossier, Passage du gaz pauvre au gaz riche: les réponses à vos questions, vous pouvez vérifier si vos appareils doivent faire l’objet d’une adaptation ou d’un réglage en vue d’accepter le nouveau type de gaz et si oui, à quel moment (avant et/ou après le switch). Et rassurez-vous, ce passage du gaz pauvre au gaz riche n’impliquera aucune coupure d’alimentation ni, faut-il le dire, de danger d’explosion.

Vers notre dossier


User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

2 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

31-03-2021

Bonjour, ne croyez vous pas qu'il serait necessaire de faire une communication claire et precise.
En effet, deja plusieur personne m'ont demande s'ils devaient changer leur taque au gaz ou cuisiniere au gaz.
Beaucoup de personne pensent qu'il doivent les changer pour le gaz riche ou les faire verifier, alors que pour une taque ou une cuisiniere il n'y a aucun reglage.
La communication de sibelgaz pousse les gens a les faire verifier ou les changer.
Une bonne communication permettrai quelque centaine d'euros d'economie

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

04-03-2021

Je suis propriétaire non occupant d'un immeuble à Bruxelles. Croyant bien faire, j'ai demandé à un chauffagiste de faire l'entretien des chaudières (datant de 2015 et régulièrement entretenues) et de verifier le passage au gaz riche. Ensuite, j'ai constaté qu'il y avait une liste de chauffagistes agréés. Sur le site legazchange , les informations ne sont pas tout a fait les mêmes que le courrier de Sibelga. Les locataires sont très inquiets et les courriers, mails et appels téléphoniques se succèdent, il est même sous-entendu que je ferais supporter le coût du passage au gaz riche par les locataires.
Or, je tâche d'être honnête, les loyers sont en-dessous de la moyenne, je n'ai encore jamais indexé, toujours effectué les travaux et la maison est peu coûteuse en énergie avec un PEB correct. Je veux des locataires satisfaits.
Mais cette information par Sibelga et la Région bruxelloise provoque des dissensions et me semble pousser à la consommation.