News

Nos canalisations ne sont pas des poubelles

22 mars 2021

Nos cours d’eau doivent recouvrer un "bon état écologique" tel que prescrit par l’Europe d’ici 2027. La journée mondiale de l’eau de ce 22 mars est sans doute le bon moment de se rappeler que c’est seulement le cas de 40% d'entre eux, actuellement, au sein de l'Union européenne. Et nous sommes tous concernés. 

La journée mondiale de l'eau répond aux  objectifs de développement durable en soutenant l’un de ses buts premiers : eau propre et assainissement, pour tous d'ici à 2030. Or, ne croyez pas que la pollution et le « n’importe quoi à l’égout » ne sont qu’affaires de lointains pays exotiques. Chez nous, lingettes, couches, serviettes hygiéniques, préservatifs, vêtements, produits dangereux et bien d’autres déchets se retrouvent régulièrement dans les égouts, les stations d’épuration, ou pire encore, dans la nature.

Déchets obstruants

L’ensemble de ces déchets s’agglutine et finit par obstruer les canalisations. Avec des conséquences extrêmement dommageables : la saturation des réseaux de collecte et le débordement d’eaux usées sur les voiries à partir des avaloirs ou même chez les particuliers (sterfput, toilettes,…).  Lorsqu’ils poursuivent leur parcours, ces déchets peuvent aussi aboutir dans les déversoirs d’orage qui, lors de fortes pluies, libèrent alors des eaux usées insuffisamment diluées dans les rivières. Enfin parvenus dans les stations d’épuration, les déchets bouchent les grilles filtrantes, bloquent les pompes entraînant des surcoûts se chiffrant en millions d’euros chaque année. Des surcoûts répercutés au final sur vos factures d’eau.  

Leur place est à la poubelle:

Les lingettes
même estampillées “biodégradables”, composées de fibres de cellulose ne se dégradent que très lentement dans l’eau. La plupart contiennent, en outre, des fibres synthétiques qui ne se désagrègent pas. S’agglomérant là où il ne faut pas, les lingettes finissent par poser d’énormes problèmes aux réseaux d’égouttage et aux stations d’épuration.
Les serviettes et tampons hygiéniques,
Fabriqués avec des composés synthétiques dérivés d’hydrocarbures, ils mettent, eux aussi, longtemps à se décomposer en polluant les eaux. 
Les essuie-tout, mouchoirs jetables, boules d’ouate
Pas faits non plus pour se dissoudre dans l’eau, ils mettent eux aussi des mois à se dégrader.
Fils dentaires, pansements, lentilles de contact, etc.
Les fils dentaires sont généralement faits de plastique. Non biodégradable, ils peuvent s’entortiller avec d’autres objets, obstruer les canalisations, et aussi endommager les pompes des stations d’épuration. Pansements, emballages de bonbons, bâtons de sucettes, filtres des mégots de cigarette contiennent aussi, voire sont entièrement constitués de plastique. S’ils sont interceptés par les stations, ils peuvent être broyés, se transformer en microplastiques et nuire aux animaux qui les ingèrent dans l’environnement.

Substances chimiques 

Les déchets provoquant des obstructions ne sont pas seuls en cause. Certains produits ou substances chimiques ne peuvent être "digérés" par les systèmes d’épuration. Avec là encore des conséquences notables lorsqu’elles s’y retrouvent. 

Que faire de ces produits?

Les produits chimiques, peinture, vernis, solvants, décapants, essences, huiles, colles, insecticides, herbicides,...
Ces produits sont souvent nocifs pour le milieu aquatique et peuvent contenir toute sorte d’additifs biocides contre les bactéries, les moisissures et les insectes. Dans l’environnement, ils nuisent aux micro-organismes qui contribuent à la poursuite de l’épuration naturelle des eaux rejetées. 
Les restes de produits chimiques de jardinage et bricolage ne peuvent pas aboutir dans les éviers, les toilettes ou les égouts, mais doivent être apportés absolument au parc à conteneurs
 
Eau de javel et produits détergents
Dans l’environnement, l’eau de javel, bactéricide, élimine aussi ce qui est bénéfique aux écosystèmes. Les composés organochlorés qu’elle forme au contact de la matière organique sont, en outre, toxiques pour la faune aquatique. Les composés de détergents sont, quant à eux responsables de prolifération d’algues ou de cyanobactéries, pouvant à leur tour produire des toxines dangereuses. D’autres imitent les hormones et perturbent les processus biologiques de certaines espèces aquatiques. Mieux vaut donc en limiter l’usage, utiliser des produits éco-labellisés, ou les confectionner vous-même à l’aide d’ingrédients inoffensifs.
Graisse et huiles
La graisse chaude est liquide mais elle se solidifie en refroidissant et s’agglomère dans les canalisations. Mieux vaut la conserver dans un récipient et la jeter aux ordures une fois durcie. Idem pour les huiles (non solubles dans l’eau) qui, fixées à d’autres déchets, peuvent elles aussi obstruer le passage de l’eau. Jetez plutôt les petites quantités restantes à la poubelle. Transvasez les grandes quantités – par exemple votre huile de friteuse - à l’aide d’un entonnoir dans la bouteille d’origine et portez- la au parc à conteneur ou dans un point de collecte Valorlub.
Médicaments
Les effets à long terme de certains d’entre eux sur la santé et les écosystèmes aquatiques posent questions. Plusieurs études ont démontré que des poissons accumulaient certains produits pharmaceutiques (ex : antidépresseurs) dans leurs muscles et dans leur cerveau. Avec des effets possibles de certains d’entre eux sur la fertilité et le ratio mâle-femelle (féminisation) de certaines espèces animales. Portez donc vos médicaments périmés à la pharmacie.

Ne rien jeter 

C’est très simple. En dehors du papier wc, il ne faut rien jeter dans les toilettes. Rien dans les éviers, rien dans les avaloirs en rue, nous disent unanimes tous les protagonistes de l’épuration en Belgique. 
Nous avons tous à prendre conscience des enjeux, des gestes à poser ou à proscrire pour éviter de transformer nos égouts en poubelle. C’est indispensable pour protéger nos rivières, nos nappes phréatiques où elles aboutissent et dont dépend aussi notre approvisionnement en eau potable. 

L’eau est un élément précieux… et de plus en plus cher. Nous vous expliquons aussi comment éviter d’en gaspiller dans notre dossier Economiser l’eau.

Vers notre dossier

 
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter