News

Energie : ouvrir le débat en région wallonne

21 février 2013
energie rouvrir le débat

21 février 2013

Il est grand temps d’ouvrir le débat sur la tarification en Région wallonne et sur la problématique du financement du photovoltaïque. Objectif : donner des certitudes aux consommateurs et aux utilisateurs présents et futurs d’énergie renouvelable.

Kilowattheures gratuits, bombe à retardement, note salée… les déclarations se suivent et ne se ressemblent pas nécessairement. Mais elles plongent les consommateurs dans un climat d’incertitude voire d’angoisse du lendemain.

Les tarifs de distribution sont actuellement gelés jusqu’en 2014 et leur régulation sera à terme transférée aux régulateurs régionaux. Afin d’éviter le spectre d’une explosion (nouvelle et possible) de ces tarifs, nous demandons que l’on anticipe et que l’on associe les consommateurs aux modalités futures.

Les efforts consentis ces derniers mois pour faire baisser la facture énergétique des ménages ne peuvent être mis à mal par des mesures à l’emporte-pièce.

Rien n’est jamais vraiment gratuit

Pour ce qui concerne la tarification progressive, sans nous attarder sur l’aspect « gratuité », rien n’interdit l’examen de ses modalités, en particulier, l’impact des termes et redevances fixes sur la facture finale pour les plus petites consommations.

Nous sommes preneurs d’un cadre clair qui ne se réalisera pas à coup de déclarations politiques et médiatiques. Celui-ci n’adviendra qu’au terme d’un débat sans tabou: détermination des critères, financement croisé entre différentes catégories de consommateurs, exonérations possibles, légitimité du chauffage électrique, tarifs sociaux, etc…. Il faut tout mettre sur la table.

Photovoltaïque : un système à réformer

Pour ce qui concerne le financement du photovoltaïque, le problème est vaste et l’approche tardive.
Les chiffres cités sont tantôt corrects, tantôt à relativiser, mais ils sont le plus souvent utilisés aujourd’hui à mauvais escient, pour servir des règlements de compte politiques dans lesquels nous ne voulons pas nous immiscer.

Il est clair qu’à terme le système actuel de subvention n’est pas viable.
Système trop généreux à réformer ? Oui, mais aux conditions suivantes :

  • Communication objective et publique de la situation du financement avec ses perspectives, en comparaison avec les autres options ou sources énergétiques ;
  • Discussion sur les modalités de financement ;
  • Conservation des droits acquis en la matière et pas de rupture brutale détruisant l’opportunité d’investir dans le photovoltaïque ;
  • Adaptation dynamique du niveau des subsides ;
  • Simplification du système de subside ;
  • Liaison des subsides à un cadre qualitatif strict (qualité des matériaux, contrat-type, agrément renforcé des installateurs, campagne d’information objective, encadrement de l’activité de tiers-investisseur, …)
  • Freins aux surdimensionnements des installations photovoltaïques.

Le consommateur se pose de nombreuses questions auxquelles les autorités doivent répondre.
Nous demandons des perspectives claires en matière de subsides, de taxation éventuelle, de compensation du compteur qui tourne à l’envers, etc.