News

Facture d’énergie : ne pas pénaliser le consommateur!

23 mars 2015
facture d'NRJ

23 mars 2015

En matière d’électricité et de gaz, les coûts de transport, de distribution et de fourniture sont regroupés sur une même facture : celle que vous recevez de votre fournisseur. Ce système est aujourd’hui remis en cause. Mais quel que soit celui retenu, il ne devra pas pénaliser le consommateur.

Vous ne pouvez pas choisir vous-même votre gestionnaire de réseau, mais vous pouvez opter pour le fournisseur proposant les tarifs les plus bas :

Cascade tarifaire : un principe contesté

Pour que l’électricité ou le gaz arrive chez le consommateur, il y a principalement trois acteurs : le transporteur (Elia pour l’électricité et Fluxys pour le gaz), le distributeur (les intercommunales dans la plupart des régions) et le fournisseur (Electrabel, Luminus,…). Dans un souci de simplification, nous ne recevons pas trois factures, mais une seule : celle du fournisseur, qui regroupe l’ensemble des coûts. C’est le principe de la cascade tarifaire. C’est au fournisseur de répartir ensuite les sommes revenant aux divers intervenants.

Dans le cas d’une facture impayée, le fournisseur supporte l’ensemble de la dette. En d’autres termes, il verse aux gestionnaires de réseaux de transport et de distribution une somme qu’il n’a pas encaissée. Aujourd’hui, la Febeg (la fédération du secteur) dénonce ce principe, et Lampiris (qui ne fait plus partie de la Febeg) intente une action en justice pour mettre fin à cette situation. 

Nous ne voulons pas que le principe de la facture unique soit remis en cause. Par contre, nous reconnaissons qu’il y a un déséquilibre et qu’une fois de plus, les gestionnaires de réseaux sont privilégiés. En effet, il est anormal qu’un fournisseur supporte seul l’ensemble d’une facture impayée, surtout vu la part importante de la distribution dans la facture (environ 50 % en électricité).

Pas aux frais du consommateur !

Nous entendons déjà les arguments : si la situation ne change pas, les fournisseurs voudront être rémunérés pour supporter l’ensemble du risque d’impayé. Et si les gestionnaires de réseaux devaient à l’avenir prendre davantage de responsabilités en assumant le risque sur la partie qui leur incombe, la répercussion sur les tarifs de réseau ne se ferait surement pas attendre longtemps !

Quelle que soit la solution qui sera retenue, nous demandons aux régulateurs d’être particulièrement attentifs au fait qu’elle doit être totalement neutre pour le consommateur : administrativement (une seule facture) et financièrement !


Imprimer Envoyer par e-mail