News

Fourniture d'énergie : il faut davantage de concurrence à Bruxelles !

12 octobre 2018

12 octobre 2018
Seuls 6 fournisseurs d'électricité et 5 fournisseurs de gaz restent actifs en région bruxelloise. Et leur nombre pourrait encore baisser. Or, qui dit moindre concurrence, dit risque de hausse des prix. Nous avons fait part de nos préoccupations au régulateur bruxellois.

Le choix énergétique des Bruxellois se réduit significativement. Et il risque à terme de poser problème, tant au niveau des prix que de la possibilité même de se fournir en gaz et électricité.

Illustration du problème avec ce témoignage publié récemment dans la presse. Une habitante de Leeuw-Saint-Pierre (périphérie flamande) va déménager et s'établir, à quelques centaines de mètres de son domicile actuel, sur le territoire d'Anderlecht (région bruxelloise). Mais Luminus refuse de la fournir lorsqu'elle habitera dans la capitale. Stupéfaction de cette dame, qui a déposé plainte auprès du Centre pour l'égalité des chances Unia.

Luminus assume, soulignant qu'il n'est pas obligé de desservir toutes les régions du pays. Et précise que depuis le début de cette année, la société ne propose plus de nouveaux contrats aux particuliers en région bruxelloise.

Des clients trop protégés…

Motif? La protection du client y serait trop importante. Dans le collimateur, l'imposition de contrats d'une durée minimale de 3 ans et surtout la procédure de recouvrement via la justice de paix qui peut prendre plus d'un an. Or, c'est un fait, le pouvoir d'achat, et donc le risque de voir des factures non honorées, est plus élevé à Bruxelles qu'en Flandre.

Notons que Luminus n'est pas le seul acteur à s'être retiré du marché résidentiel bruxellois de l'énergie. D'autres l'ont précédé.

Trop peu de fournisseurs

Mais la situation devient inquiétante. N'opèrent plus dans la capitale que 6 fournisseurs électricité et 5 de gaz. Et parmi eux, certains imposent des conditions qui font que leurs contrats ne sont pas accessibles à tous les ménages. D'aucuns exigent un paiement par domiciliation, d'autres ne fournissent que des factures électroniques. Et pour être client chez Energie 2030, il faut préalablement devenir coopérateur, ce qui implique l'achat de parts d'un montant minimum de 1000€.

Moins de fournisseurs, cela veut dire moins de concurrence et donc, souvent, des tarifs plus onéreux. Or, tant la redevance fixe que le prix au kWh sont déjà plus élevés à Bruxelles que dans les deux autres régions, souligne la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz).

Le régulateur bruxellois nous a écoutés

Et la situation pourrait encore se dégrader. Le risque existe que dans un avenir proche 2 ou 3 grands acteurs se partagent le marché. Et que certains ménages à faible pouvoir d'achat se retrouvent sans fourniture d'énergie, faute d'offres.

Nous avons fait part de nos préoccupations au régulateur bruxellois de l'énergie, Brugel. Notre organisation plaide évidemment en faveur d'une protection maximale du consommateur, mais cela ne doit pas induire une limitation de l'offre et des tarifs plus élevés. Il revient au régulateur de veiller aussi à ce que le marché demeure attractif pour les fournisseurs, afin que la concurrence joue pleinement. Un juste équilibre est donc à trouver.

On vous aide à dénicher les meilleurs prix

En attendant, il y a lieu de comparer les offres. Pour ce faire, utilisez notre comparateur fournisseurs d'énergie gaz et électricité. Il peut vous permettre d'économiser jusqu'à 600 euros par an (différences entre les contrats les plus chers et les moins chers). Attention: pour le moment, vu les prix élevés de l'énergie, nous vous conseillons de ne pas changer de contrat ou de fournisseur, sauf si votre contrat fixe arrive à terme.

Vers le comparateur fournisseurs d'énergie

Pensez aussi à Gaele, notre courtier indépendant qui surveille en permanence les prix du marché de l'énergie et vous propose de changer de contrat au moment le plus opportun.