News

Fusionner les gestionnaires de réseau!

03 février 2012
fusionner les gestionnaires de réseau

03 février 2012

Il est temps de rationaliser le nombre d'intercommunales de gaz et d'électricité, beaucoup trop important dans notre pays. 1 seul gestionnaire de réseau par Région suffit.

On dénombre aujourd'hui en Belgique 26 intercommunales d'électricité et 18 intercommunales de gaz. C'est beaucoup trop. A l’heure où les ménages doivent faire face à un ensemble de mesures d’économies, il faut, dans un souci de cohérence, que les décideurs politiques exigent le même effort au niveau des intercommunales, où les mandataires politiques sont largement représentés et rémunérés.

Gare au dégel !

La facture d’électricité et gaz contient différents postes : l’énergie en tant que telle, bien sûr, mais également le transport (pour l’électricité), la distribution et les différentes cotisations et taxes. Les coûts de distribution sont facturés par l’intercommunale via les fournisseurs d’énergie. Ces coûts, qui représentent une grande partie de la facture, sont désormais de la compétence des régulateurs régionaux (Cwape en Wallonie, Vreg en Flandre, Brugel à Bruxelles).

Les tarifs de distribution, qui auraient dû être revus pour les 4 années à venir, sont gelés, du moins pour 2013 et 2014. Mais gare à la prochaine adaptation ! Les consommateurs de Liège distribués par Tecteo Resa, qui avaient fait l'objet d’un gel partiel des tarifs à la suite d'une action en justice, viennent d'essuyer la facture du dégel: celui-ci a provoqué une envolée des coûts de distribution de l'ordre d'une centaine d’euros supplémentaires par an pour les ménages qui se chauffent au gaz !

Le noeud du problème

Une fois que le gel des tarifs de distribution aura pris fin, le premier exercice de fixation des tarifs risque d’être périlleux pour les régulateurs régionaux, qui n’ont aucune expérience en la matière, et douloureux pour les consommateurs. Pourquoi ne pas profiter de cette période de transition pour s’attaquer enfin au nœud du problème ?

Voilà belle lurette que nous réclamons une rationalisation du nombre d'intercommunales de gaz et délectricté. Les économies d’échelle ainsi générées devraient bénéficier aux consommateurs et permettre d'enfin maîtriser une augmentation qui, depuis la libéralisation, a été nettement plus rapide que l’inflation. Le fait d’avoir un seul gestionnaire par région permettrait non seulement une rationalisation des outils mais aussi une meilleure répartition des charges (telles les pertes de réseau, les obligations de service public), plus équitable, évitant ainsi que les habitants d’une région soient pénalisés, comme c’est le cas actuellement.

Une volonté politique

Certains partis politiques sont favorables à l’ouverture du débat, mais il doit y avoir une volonté politique commune de prendre des mesures là où c’est possible. Bien sûr, d’autres postes de la facture énergétique gagneraient à être analysés en profondeur, mais procédons par ordre : les coûts de distribution pèsent nettement plus lourd que, par exemple, la cotisation fédérale. Arrêtons donc de tergiverser et attaquons-nous, enfin, au nœud du problème.