News

Le gaz naturel, pas si vert que ça

14 juin 2021
chauffer au gaz naturel, vraiment vert?

Le gaz est-il une opportunité dans ce contexte de transition énergétique visant la neutralité carbone? Est-ce réellement une énergie verte? Au-delà des communications promotionnelles, ces questions méritent, nous semblent-ils, des réponses sérieuses, à tout le moins, plus nuancées. 

Après les fournisseurs “verts” qui le sont peu, l’électricité “verte” largement teintée de gris, voici le gaz naturel, récemment présenté dans une pub comme « un choix durable et une énergie verte qui a un effet positif sur l’environnement et la qualité de l’air ».
Une affirmation, selon nous, davantage susceptible de semer la confusion que d’informer correctement les consommateurs.

L’énergie fossile la moins dommageable

Certes, le passage du mazout au gaz naturel induit une réduction de la pollution de l’air à la cheminée grâce à la combustion plus “propre” du gaz (moins d’émissions de CO2, de particules fines et d’oxydes d’azote). De même, ceux qui remplacent leur ancienne chaudière par un modèle à condensation verront leurs consommations diminuer. En ce sens, c’est un indéniable progrès. 

Cependant, que vous utilisiez le gaz ou le mazout, votre chaudière est à la base d’émission de CO2 s'ajoutant à celui déjà bien trop présent dans l'atmosphère. En sortie de cheminée, on parle de 2000 kg par an de CO2 par 1000 m³ de consommation pour le gaz, et davantage encore pour le mazout (2800 kg). 

Le gaz naturel reste donc une énergie fossile, incompatible avec une neutralité carbone. A ce titre, il est voué à être remplacé par des sources renouvelables. Et il serait temps que le consommateur puisse souscrire à une réelle offre de gaz renouvelable.
Faute d'alternative, rappelons que c’est actuellement la pompe à chaleur qui, en matière environnementale, tire le mieux son épingle du jeu avec une quantité d’émissions moitié moindre que le gaz.

Poser les bons gestes

Dans le cadre de la loi climat, l'Union européenne s'est engagée à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.  En matière de consommation d’énergie, cet objectif implique de mieux isoler les habitations et d’opter pour des systèmes de chauffage émettant moins de CO2.

Si votre chaudière a plus de 20 ans,  qu’elle n’est pas encore à condensation et que vos consommations sont conséquentes, il est peut-être temps d’envisager le remplacement de votre chaudière.

Dans tous les cas, entretenez votre chaudière régulièrement. Tous les 2 ans pour une chaudière au gaz (3 ans en Wallonie), tous les ans pour une chaudière à mazout afin d’éviter l’accumulation des suies issues de la combustion. 

Nous vous aidons également à diminuer vos dépenses énergétiques via notre plateforme Energie.

VERS NOTRE PLATEFORME ENERGIE