News

Subventions pour les nouvelles centrales au gaz: pas sur le dos des ménages

04 juin 2020

Pour faire face à la fermeture des centrales nucléaires, le gouvernement fédéral compte sur de nouvelles centrales à gaz. Problème: celles-ci ne seraient pas rentables sans subventions. Nous craignons dès lors que celles-ci entraînent un nouvel alourdissement de la facture électrique des ménages. Et nous n’en voulons pas!

Pour éviter les pénuries d'électricité après la sortie prévue du nucléaire en 2025, l'objectif est de remplacer les centrales nucléaires par de nouvelles centrales à gaz plus flexibles, pouvant produire de l'électricité quand les énergies renouvelables se font rares. Pour persuader les producteurs de construire de nouvelles centrales électriques, le gouvernement fédéral prévoit un mécanisme de rémunération de la capacité (CRM), soit une subvention de ces nouvelles installations.

Jusqu'à 105€ par an en plus sur la facture

Cependant, le CRM doit recevoir la bénédiction de la Commission européenne. Or, celle-ci a émis en début d'année de sérieuses réserves, en particulier concernant le financement du mécanisme. Combien de capacités supplémentaires seront nécessaires, combien cela coûtera-t-il et qui paiera? Depuis des mois, le sujet fait aussi débat entre le gestionnaire du réseau haute tension Elia et le régulateur fédéral de l'énergie, la CREG.

Selon la source, la facture résultante varie de 345 à 940 millions d'euros en plus par an pendant 15 ans. Selon la méthode de calcul, un ménage moyen devrait ainsi payer entre 21 et 105€ de supplément chaque année. Or, une étude récente vient à nouveau de souligner que la facture d'électricité belge est beaucoup plus élevée que celle de nos voisins. Elle figure même parmi les plus chères d'Europe. Raison pour laquelle, il est, soit dit en passant, indispensable d’éviter de payer trop inutilement et de viser les contrats les moins chers sur notre comparateur des fournisseurs d’énergie.

Vers notre comparateur

Tirer la situation au clair

Selon la CREG, les montants en jeu sont surévalués et pourraient nécessiter beaucoup moins de subventions. Le régulateur exprime même des doutes sur la nécessité de construire de nouvelles centrales au gaz. Nous demandons donc de clarifier rapidement la situation. Il est impératif de savoir à combien se chiffreront les subventions nécessaires et comment elles seront financées.

Nous sommes absolument opposés à la répercussion d'une nouvelle addition de quelques milliards sur la facture d'électricité. Celle-ci ploie déjà sous le poids des nombreuses obligations de service public, des prélèvements et des taxes. Les autorités feraient mieux de simplifier la facture d'électricité et d'en supprimer les frais qui n’y ont pas leur place. Elles seraient également bien avisées de chercher ailleurs des sources de financement, plutôt qu’inviter une nouvelle fois les ménages à payer seuls l’addition.

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

2 Commentaires

User name
07-06-2020
JEAN DEVILLERS

L'énergie électrique issue des aérogénérateurs industriels (éoliennes de 200 m !) est très chère et n'est pas pilotable. Pour compenser l'intermittence de cette production problématique, l'augmentation de production des centrales à gaz est incontournable puisqu'il semble qu'on ne veuille plus du nucléaire, autre débat, non clos. Dès lors, en amont du problème des centrales à gaz, il y a celui de la construction inconsidérée d'éoliennes industrielles non rentables, elles aussi, sans subventions payées par le Citoyen. A cela s'ajoute les nuisances de ces aérogénérateurs.
Cherchez l'erreur de départ, surtout qu'après la crise sanitaire, les finances publiques ( = le Citoyen...) seront dans un état plus délétère que jamais.

User name
11-06-2020
JEAN-MARIE EVERAERT

Encore une dépendance de plus vis-à-vis des énergies fossiles et à plus forte raison de la Russie qui ne nous veut pas que du bien (en train de remoderniser son armée grâce au gaz vendu aux Européens, sans parler du pétrole). Il faut absolument investir dans le stockage des énergies renouvelables et l'interconnections des régions sud (soleil) et atlantique (vent). L'investissement ne sera payé qu'une fois, l'énergie en plus d'être verte est locale (Europe) et peut fournir du travail local sans transport dangereux (pas de mobilité d'approvisionnement), ni pollution et inépuisable.