News

Tarif "prosumer" pour le photovoltaïque en Flandre : irréfléchi

27 février 2015
redevance prosumer

27 février 2015

A partir de juillet 2015, les propriétaires de panneaux photvoltaïques se verront appliquer le tarif "prosumer" en Flandre. Autrement dit, ils devront s’acquitter d’une redevance réseau. S'il est compréhensible que le photovoltaïque paie, tôt ou tard, l'usage du réseau, nous déplorons la façon de faire.

Dans quelle mesure les panneaux photovoltaïques sont-ils encore rentables ? A quoi faut-il faire attention? Quels sont les pièges?
  • Les réponses sont dans notre dossier "Panneaux photovoltaiques"

Une mesure problématique 

Le tarif "prosument" est problématique, principalement parce qu'il affecte toutes les installations photovoltaïques, y compris celles qui existent déjà. Et, en Flandre, celui qui a installé des panneaux depuis 2013 amortit son investissement uniquement sur base du compteur qui tourne à l'envers. Or, le tarif "prosument" reprend de 35 à plus de 60% du bénéfice de ce système, selon l'orientation de l'installation photovoltaïque et le gestionnaire de réseau.

Le tarif prosumer est, en outre, une redevance fixe identique pour toute installation de même puissance. Il ne responsabilise pas le possesseur de panneaux solaire qui n'a aucun intérêt à diminuer son usage du réseau en consommant directement son électricité photovoltaïque. Et il ne tient pas compte des installations moins bien orientées ou "vieillissantes" qui utilisent moins le réseau.  

Pour une mise en œuvre adaptée

Nous plaidons pour une mise en œuvre plus transparente et plus progressive du tarif "prosumer". Concrètement :

  • Ce tarif ne devrait concerner que les installations photovoltaïques posées à partir de la date de sa mise en application. 
  • L'avantage du compteur qui tourne à l'envers devrait être conservé les premières années : ce serait une aide plus simple que des certificats verts ou de primes variables. 
  • L'usage du réseau devrait être payé sur base de mesures réelles. Il faudrait favoriser le compteur bidirectionnel, comme c'est d'ailleurs le cas à Bruxelles. Le consommateur est ainsi bien informé de la proportion d'électricité qu'il puise et injecte. Il peut ainsi valoriser ses efforts d'autoconsommation du courant et/ou ne pas être pénalisé en cas de production moindre de ses panneaux. 
  • Enfin, le propriétaire de panneaux photovoltaïque devrait toujours pouvoir obtenir le bénéfice du "compteur qui tourne à l'envers" sur la partie fourniture de sa facture d'électricité.


Imprimer Envoyer par e-mail